Abonnez-vous
pour s'attaquer aux chaînes TV !
Je fais un don
Retrouvez ce podcast sur votre plateforme préférée
Apple PodcastsSpotifyOvercastCastboxGoogle PodcastsPocket CastsBreakerRadioPublicRSS
L'entretien d'actu

Notre regard singulier sur l'état de la France et la marche du monde. Au-delà des faits, le sens de l'actualité.

Boulangers, énergie : Macron nous roule dans la farine

L’année 2023 commence de manière terrible pour les très petites entreprises en France, et même pour certaines PME. Et pour cause : l’explosion vertigineuse de leurs factures d’électricité, beaucoup plus importante que celles que les ménages peuvent subir ou s’attendre à subir.

On en est au point où des milliers d’unités économiques sont en train de fermer boutique ou pourraient être obligées de le faire. Une profession, un type de petite entreprise, incarnent cette catastrophe. Les boulangers, les boulangeries. Les témoignages bouleversants se multiplient depuis plusieurs jours.

Le symbole est fort, est ravageur. Si les boulangeries, commerces de proximité, les seuls à tisser du lien dans de nombreux territoires, connaissent des faillites en série, la panique et la colère ne tarderont pas à se généraliser dans le pays. Quand la baguette ne coûte plus 1 euro, mais 1 euro 20, les Françaises et les français le voient tout de suite. Le sujet est politique, voilà pourquoi le gouvernement réagit. Il a en tête, bien sûr, le mouvement des gilets jaunes.

A l’époque, il ne s’agissait pas du prix du pain, mais du prix de l’essence. Du coup, au sommet de l’État, on s’empresse de communiquer. Jeudi 05/01, Emmanuel Macron recevait les artisans-boulangers, histoire de partager, comme chaque année, la galette des rois. Bien entendu, il n’a pas renoncé au jeu des blagounettes en dépit de la gravité du moment.

Emmanuel Macron a également, comme il le fait souvent quand les fruits de sa politique suscitent la colère légitime de l’opinion, fait mine de taper du poing sur la table et de s’agacer de l’attitude de certains énergéticiens. Et contre toute attente, celui qui refusait de taxer les superprofits fustige aujourd'hui les entreprises qui ont fait des profits excessifs.

Cette situation était pourtant à la fois prévisible et évitable, selon Matthias Tavel, député LFI/NUPES de la 8ème circonscription de Loire-Atlantique. Nous avons voulu qu’il nous en dise plus sur ce qu’il semble considérer comme de la négligence, de l’aveuglement ou du “jemenfoutisme” du gouvernement.

L'entretien d'actu

Notre regard singulier sur l'état de la France et la marche du monde. Au-delà des faits, le sens de l'actualité.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !