Une matinale alternative pour 2022 ?
Je signe la pétition
Le face cam

Leurs histoires, touchantes, révoltantes, édifiantes ou inspirantes, nous disent quelque chose de notre actualité. Ils ont accepté de venir face à la caméra du Média pour les partager, et si possible nous bousculer et modifier nos perceptions.

Le droit de manifester n'existe plus

Samedi 12 décembre, après avoir bravé la pluie et de nombreux points de contrôles, plusieurs milliers de personnes s’élançaient de la place du Châtelet, pour l’édition parisienne de la troisième Marche des Libertés. Encadrée de très près par un dispositif policier très important, dans une nasse géante, la foule était joyeuse et pacifiste. 

Mais les ordres de la préfecture étaient clairs : la police devait interpeller massivement, aveuglément, terroriser les militants pour éviter de potentiels débordements.

Tout au long de l’après-midi, Darmanin communique fièrement, en direct sur Twitter, les chiffres des interpellations. Bien aidé par le journalisme de préfecture, l’élément de langage fait le tour des plateaux télévisés : le maintien de l’ordre de la journée est un succès, 142 « casseurs » auraient été interpellés.

Mais très vite le soufflé retombe, au fur et au mesure que les vidéos prises sur le terrain circulent sur les réseaux sociaux : on y voit des charges à l’aveugle, des blessés, une dame âgée se faire interpeller sans raison, une manifestante arrêtée pour avoir eu l’audace de sortir un parapluie multicolore de son sac dos.

Alexis Baudelin, avocat au barreau de Paris fait partie des personnes interpellées arbitrairement. Sur le plateau du MédiaTv, il revient sur cette nouvelle journée de répression : « Ça a été une expérience qui m’a marqué. Je ne pensais pas que des forces de l’ordre pouvaient interpeller comme ça, sans raison, aveuglément, et de façon totalement arbitraire des manifestants pour le simple fait qu’ils décident d’user de leur liberté de manifester ».

Le face cam

Leurs histoires, touchantes, révoltantes, édifiantes ou inspirantes, nous disent quelque chose de notre actualité. Ils ont accepté de venir face à la caméra du Média pour les partager, et si possible nous bousculer et modifier nos perceptions.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !