Je fais un don
L'actu

Notre regard singulier sur l'état de la France et la marche du monde. Au-delà des faits, le sens de l'actualité.

Coronavirus : l’Est de la France va-t-il craquer ?

L’Alsace est-elle aujourd’hui la préfiguration de ce qui attend la France dans quelques semaines, avec la crise du coronavirus ? C’est en tout cas la région de France la plus durement atteinte par l’épidémie. Ce dimanche 15 mars, on y dénombrait 1378 cas confirmés, et on y déplorait 45 morts. Le journaliste Guillaume Krempp, du journal en ligne indépendant Rue89 Strasbourg travaille sur ce sujet brûlant. Il enquête et recueille des témoignages anonymes de soignants, notamment à Mulhouse, qui raconte leurs grandes difficultés. Extraits.

Des ressentis de plus en plus alarmés

J’ai pu observer une situation qui s’aggrave. En premier lieu, parce que le personnel soignant est complètement débordé (...) face aux manques de moyes, de personnels, de lits (...) Hier, j’avais une infirmière qui me parlait déjà de collègues qui voulaient déposer des arrêts-maladie”.

Un virus qui réserve bien des surprises

Encore en début de semaine dernière, on avait ce sentiment que les principales victimes de ce virus étaient des victimes âgées de plus de 70 ans et porteuses d’autres pathologies aggravant l’infection par le coronavirus (...) Mais j’ai des témoignages qui me disent qu’il y a de nouveaux types de patients, qui ont à peine la quarantaine, la cinquantaine, et qui ont besoin d’être admis en réanimation, parce qu’ils ont des difficultés respiratoires alors qu’ils ne présentent aucune autre forme de pathologie (...) Un infirmier me racontait que finalement des patients pouvaient arriver aux urgences sans difficulté respiratoire particulière. Mais quand on fait des (...) tests sur les taux d’oxygénation de leur sang, on trouve sur des taux très bas par rapport à la normale.

Des matériels thérapeutiques rationnés

Pour l’instant à Mulhouse, on ne peut pas parler de pénurie (...) On m’a plutôt fait part de tensions sur les stocks (...) qui sont vraiment rationnés (...) On parle de pénurie en termes de lits de réanimation. Mulhouse est complètement saturé. (...) La pénurie et le manque de matériels se font ressentir au niveau du nombre de lits et de respirateurs.

Retard à l’allumage

Il y a eu une vraie déconnexion entre la France d’un côté, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin de l’autre. Tous les habitants du Haut-Rhin, tous les Alsaciens savaient que la situation du Haut-Rhin était plus grave que la situation française. Il y avait un peu ce sentiment que le centralisme à la française venait buter sur une situation locale. Est-ce que, par rapport à une situation locale, il était judicieux de prendre des décisions locales ? Il me semble que les décisions prises au niveau national - fermeture des établissements qui accueillent du public, rassemblements… - auraient dû être plus tôt au niveau de Mulhouse, du Haut-Rhin et du Bas-Rhin (...) On a en Allemagne des situations tout à fait différentes selon les Länder.

L'actu

Notre regard singulier sur l'état de la France et la marche du monde. Au-delà des faits, le sens de l'actualité.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !