Je fais un don
Les reportages

Le Média et ses équipes se mobilisent au plus près du terrain pour vous permettre de suivre et de comprendre les événements et les tendances de fond qui touchent et transforment la France et le monde.

Antonin Bernanos : antifa sous surveillance

Condamné à cinq ans de prison ferme pour l’incendie d’une voiture de police au printemps 2016, le militant de l’Action-Antifasciste Paris-Banlieue Antonin Bernanos est aujourd’hui en liberté surveillée en Seine-Maritime. Eloigné de ses proches et de ses terrains de lutte, il livre de sa retraite forcée quelques analyses politiques.

Médias dominants, miroirs déformants

Tour à tour dépeint comme un fils de bourgeois dépolitisé en manque de frissons ou comme le dangereux leader d’une mouvance extrémiste et violente, Antonin Bernanos a vu couler beaucoup d’encre. Il en retient le rôle central des médias dominants dans la construction d’un « ennemi de l’intérieur », et pointe aussi les conséquences de leurs silences.

Le 18 mai 2016, c’est bien la focalisation sur l’incendie d’une voiture de police qui avait permis l’évacuation des autres événements politiques de la journée : la présence de personnalités d’extrême droite parmi les manifestants pro-police par exemple. Mais surtout « l’arrivée fracassante des collectifs de quartiers dans le mouvement social » (ici Urgence notre police assassine, collectif qui avait appelé au contre-rassemblement, ndlr) rappelle Antonin.

Avoir conscience

Loin du cliché des chasseurs de skins focalisés sur les affrontements groupusculaires, les membres de l’Action-Antifasciste-Paris-Banlieue portent un discours radical sur la situation politique actuelle. « Aujourd’hui, le fascisme est déjà là, au coeur de l’état et des institutions » analyse le militant. « Combattre le fascisme aujourd’hui en France, ce n’est pas lutter contre le Front National et son accession au pouvoir . C’est lutter contre l’Etat et contre tout le champ politique qui fait grandir cette question en débattant systématiquement d’islam et d’immigration, lutter contre la police qui est, devant les groupes d’extrême droite assez minoritaires, le premier vecteur de violences racistes en France… ». 

Les reportages

Le Média et ses équipes se mobilisent au plus près du terrain pour vous permettre de suivre et de comprendre les événements et les tendances de fond qui touchent et transforment la France et le monde.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !