Vous rêvez d'une autre info sur la TNT ? Nous aussi !
Déjà 10 000 récoltés.
Ensemble, créons la TV du futur !
Je fais un don

Les soutiens d'un État génocidaire n'ont pas leur place dans nos luttes féministes !

Par Un collectif féministe

Vous pouvez retrouver tous les contenus de Un collectif féministe en consultant sa page.

Depuis le 8 mars, la presse et le gouvernement accusent le mouvement féministe et les militant-es pro-Palestine à Paris et à Bordeaux d'antisémitisme pour avoir refusé la présence du collectif pro-Israël « Nous Vivrons » dans la manifestation annuelle pour les droits des femmes. Nous écrivons ce texte pour réaffirmer notre refus d'une instrumentalisation du féminisme aux fins de laver les crimes d'un État colonial. Nous le disons, une fois de plus : soutenir le génocide en cours à Gaza n'a rien de féministe.


Non, la présence du collectif « Nous vivrons » n'a pas posé problème parce que ce serait un collectif composé de femmes juives. En réalité, comme l'avait déjà montré la manifestation du 25 novembre, ce groupe ne se rend dans nos manifestations que pour orchestrer des provocations politiques, en mettant au coeur de son discours la dénonciation mensongère et virulente de féministes « complices des terroristes ». Alors qu'une grande partie du mouvement féministe exprime d'une façon de plus en plus forte son soutien au peuple palestinien, il s'agit de diviser et de décrédibiliser, avec l'aide de médias complaisants, toute opposition au génocide à Gaza.

La composition politique du groupe « Nous vivrons » qui compte en son sein des membres de Renaissance, des Républicains ou encore du Printemps républicain, en dit long sur ce que recouvre le "féminisme universaliste" dont il se réclame. Depuis le 7 octobre, ce collectif sioniste est à l'origine de provocations contre les associations et organisations politiques de gauche, de menaces, d'insultes et de calomnies à l'égard des militant-es pro-Palestine.

Mêmes méthodes à la manifestation du 8 mars : un service d'ordre exclusivement masculin portant des masques et des gants coqués a menacé, insulté et agressé des femmes. Plusieurs personnes ont fini aux urgences. C'est cette intrusion choquante et violente digne des méthodes d'extrême-droite qui aurait dû faire les titres de la presse nationale. Mais la gravité de cette attaque est éclipsée par un récit mensonger, servant de prétexte pour les offensives contre le militantisme en faveur de la Palestine, dans un contexte politique où l'État tente d'assimiler les positions antisionistes à de l'antisémitisme.

Oui, la libération de la Palestine est une cause féministe. 

La réalité de ce qui se passe à Gaza est impossible à ignorer. Près de 40 000 morts, des dizaines de milliers de femmes enceintes obligées d'accoucher dans des tentes, la famine utilisée comme tactique militaire, des personnes affamées massacrées par l’armée coloniale lors de distributions de nourriture, des maladies infectieuses qui se propagent à échelle inédite et menacent les vies de toute la population, laquelle ne peut plus se soigner faute d'un système de santé totalement détruit. Face à cette situation, qui peut s'étonner que des militantes refusent de marcher aux côtés du collectif « Nous vivrons » ‒ lequel, entre autres, minimise le nombre de morts à Gaza sur les réseaux sociaux et scande dans la manifestation parisienne : « Israël vivra, Israël vaincra ! » ?

Le féminisme est une lutte pour l'émancipation de toutes les femmes, mais c'est aussi un combat acharné contre toute forme d'oppression. Ces dernières années des États et des forces réactionnaires tentent de couvrir leurs projets politiques racistes et islamophobes d'un vernis féministe, tout en faisant la chasse aux « wokistes » et aux « intersectionnels », c'est à dire à la nouvelle génération des jeunes féministes antiracistes. Accepter la récupération du féminisme par des forces réactionnaires c'est trahir et liquider son héritage politique. Alors que des centaines de milliers de femmes manifestent dans le monde entier pour la Palestine, alors que des personnes LGBT lèvent le drapeau palestinien aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Maroc, en Argentine et en France, nous réaffirmons que oui, la libération de la Palestine est une cause féministe.  ●●

Premiers signataires : Alexis Chevalier, metteur en scène ; Aurélie Gries, Adjointe LFI Lyon 7eme ; Aurore Koechlin, sociologue, militante féministe ; Christine Poupin, porte-parole du NPA ; Daisy Letourneur, autrice, militante féministe ; Elsa Marcel, avocate ; Emma, dessinatrice ; Irene García Galán, Autrice et militante féministe ; Gwen Fauchois, activiste lesbienne, ancienne vice-présidente d’Act Up-Paris (années 90) ; Léane Alestra, journaliste, essayiste ; Jessica Suzes, militante féministe et antiraciste ; Joss Dray, auteure, photographe ; Kaoutar Harchi, sociologue et écrivaine ; Leïla Shahid, ancienne déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France ; Lena ben Ahmed, militante féministe et antiraciste ; Louisa Yousfi, autrice ; Maëlle Noir, docteure en droit et études de genre, militante #NousToutes ; Marina Garrisi, éditrice ; Matthieu Longatte, artiste ; Mornia Labssi, Inspectrice du travail ; Moon Monira, militante politique ; Philippe Poutou, ancien candidat du NPA à l'élection présidentielle ; Olivier Marboeuf, commissaire d’exposition ; Pascale Martin, députée LFI, Dordogne ; Pauline Salingue, porte-parole du NPA ; Pierre Stambul, professeur retraité, UJFP ; Ritchy Thibault, Activiste pour la justice sociale et écologique ; Sandra Lucbert, écrivaine ; Sarra Grira, journaliste ; Sarah Schulman, écrivaine, militante historique d'Act Up New York et de Lesbian Avengers ; Sasha Yaropolskaya, militante à Du Pain et Des Roses ; Yéléna Mandengue, militante féministe et avocate au barreau de Paris.

Et aussi : AfroFem Marseille ; BDS 46 Figeac ; BDS Saint-Etienne ; Campagne Unitaire pour la Libération de Georges Abdallah (CUpLGIA) ; Collectif Féministe La Grenade, Metz ; Collage féministe Stains ; Colleux.ses Nantes ; Collectifs des musulmans anticapitalistes ; Comité Vérité justice 66 ; Coudes à coudes ; Du Pain et Des Roses ; Fransgenre ; Lallab ; Le Poing Levé ; Les Inverti.e.s ; La Relève Féministe ; Marseille 8 mars ; Mouvement des mères isolées ; Nous Toutes 38 ; Orléans Loiret Palestine ; Palestine vaincra ; Palestinian Feminist Collective ; Parti des travailleurs (Tunisie) section France ; Petroleuzes, Strasbourg ; Pride des banlieues ; Reporters solidaires ; REV pour le Vivant Auvergne Rhône-Alpes ; Révolution Permanente ; Tsedek ! Collectif juif décolonial ; Union juive française pour la paix ; Urgence Palestine ; Urgence Palestine Pau 64 ; Urgence Palestine Perpignan ; Urgence Palestine Avignon ; Urgence Palestine Reims ; Urgence Palestine Seine et Marne.

Dimitar Dilkoff/AFP

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !