12 500 Abonnés
pour s'attaquer aux chaînes TV !
Je fais un don
Retrouvez ce podcast sur votre plateforme préférée
Apple PodcastsSpotifyOvercastCastboxGoogle PodcastsPocket CastsBreakerRadioPublicRSS
L'instant Porcher

Thomas Porcher, économiste, signataire du manifeste des Économistes atterrés, et auteur de nombreux essais dont « Les Délaissés » et « Traité d’économie hérétique » débunke chaque semaine, sur le plateau du Média, les fausses évidences des gardiens du temple néolibéral. À l'occasion, d'autres économistes et praticiens de l'économie viennent répondre aux questions du Média dans le cadre de ce module.

Grèce, Grande-Bretagne, France... Ces mensonges économiques qui nous tuent

Nouvelle saison de l’instant Porcher ! Nous sommes ravis de vous retrouver. Et c’est parti, chaque semaine, on va avoir des choses à dire, décrypter et comprendre avec tous ces discours qui gravitent autour de nous où parfois l’on peut s’y perdre. Notre meilleure arme démocratique : savoir.

Au programme aujourd’hui,

La crise grecque : tout le monde en a entendu parler, mais connaissons-nous vraiment ses détails et enjeux ? Et surtout, cette crise serait-elle un bon indicateur de la politique européenne et ce à quoi la politique libérale française nous prépare ? On a appris samedi qu’après douze ans d’austérité, la Grèce sort enfin du viseur de l’Union Européenne. Le pays était sous surveillance renforcée de l’Europe depuis 2010 en raison de sa très mauvaise santé économique, Athènes tourne cette page ce samedi, écrit Libération. Avec une croissance de 4%, le pays est même l’un des plus dynamiques du continent, mais la situation reste loin d’être idyllique raconte le quotidien. Alors nous aussi on va vous raconter.

En 2010 la Grèce a ses caisses vides. En échange d’une politique d’austérité sévère, l’UE, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international mettent en place trois plans de sauvetage de 289 milliards d’euros. « La Grèce d’aujourd’hui est une Grèce différente », assure par ailleurs le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis. « Nous avons une forte croissance et une baisse importante du chômage de 3 % depuis l’an dernier et de 5 % depuis 2019 ». La Commission européenne s’attend à une croissance de 4 % cette année alors qu’en moyenne dans la zone euro elle devrait s’élever à 2,6 %. Mais le chômage reste l’un des plus élevés de la zone euro, le salaire minimum l’un des plus faibles et la dette de 180 % du PIB reste un poids pour l’économie du pays nous apprend l’AFP. Comment a commencé la crise grecque ?

En 2018, le troisième programme s’achève, mais la Commission européenne lance ensuite un régime de surveillance renforcée de l’économie grecque pour vérifier la mise en place des réformes prises et la poursuite des privatisations. Athènes s’engage aussi à maintenir un surplus primaire (avant service de la dette) de 3,5 % du produit intérieur brut (PIB). Quel est le bilan de ce procédé ? Qu’est ce que tout ça raconte de nos élites ?

Grève générale au Royaume Uni. Depuis cet été, plusieurs corps de métiers se sont mis en grève successivement : cheminots britanniques, dockers de Felixstowe, avocats, éboueurs d’Edimbourg, et encore d’autres métiers que l’on voit dans les rues : les services postaux, les employés de l'opérateur télécom BT ou encore les manutentionnaires d'Amazon ont aussi débrayé ou prévoient de le faire bientôt raconte France 24.

C’est la plus grande vague de grèves depuis une trentaine d’années raconte Le Monde, pour cet “été du mécontentement” comme il se fait appeler. En cause : la perte de pouvoir d’achat et l’inflation dans un territoire hors union européenne depuis le Brexit. Au Royaume-Uni l’inflation a atteint 10,1 % sur un an en juillet, contre 6,1 % en France. Et les prévisions économiques ne s'annoncent pas meilleures : la Banque d'Angleterre s'attend à une inflation revue à la hausse, à 13,3 % en octobre, et prédit qu'elle va rester à des niveaux élevés en 2023. Et les salaires ne suivent pas. Un chiffre : une augmentation de 82 % de la facture d'électricité est attendue pour octobre prochain. On va revenir sur le Brexit avec Thomas. Pourquoi le Brexit fut un moment de sidération pour nos élites intellectuelles ?

Le vote Brexit était un vote plutôt contre la mondialisation et l’immigration ; La situation des anglais ne s’est pas améliorée depuis, c’était prévisible ? Quelles leçons tirer pour nous en France ?

On décrypte tout ça, c'est l'Instant Porcher.  

  

L'instant Porcher

Thomas Porcher, économiste, signataire du manifeste des Économistes atterrés, et auteur de nombreux essais dont « Les Délaissés » et « Traité d’économie hérétique » débunke chaque semaine, sur le plateau du Média, les fausses évidences des gardiens du temple néolibéral. À l'occasion, d'autres économistes et praticiens de l'économie viennent répondre aux questions du Média dans le cadre de ce module.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !