Vous rêvez d'une autre info sur la TNT ? Nous aussi !
Déjà 10 000 récoltés.
Ensemble, créons la TV du futur !
Je fais un don
L'instant Porcher

Thomas Porcher, économiste, signataire du manifeste des Économistes atterrés, et auteur de nombreux essais dont « Les Délaissés » et « Traité d’économie hérétique » débunke chaque semaine, sur le plateau du Média, les fausses évidences des gardiens du temple néolibéral. À l'occasion, d'autres économistes et praticiens de l'économie viennent répondre aux questions du Média dans le cadre de ce module.

Macron et Le Maire : "on a échoué, mais c'est votre faute !"

Réduction du chômage des séniors, modèle social trop protecteur, objectif des 5% de chômage, réduire le déficit public comme le demande l’Union Européenne… Bruno Le Maire était l’invité de France Info jeudi dernier et on avait pas mal de choses à dire et surtout décrypter avec Thomas.

Tout d’abord, et on en a un peu parlé la semaine dernière, il y a panique en Macronie : le taux de chômage connaît une hausse, de 7,2 à 7,4% au troisième trimestre. La semaine dernière, Emmanuel Macron disait aux chefs d’entreprise “réveillez-vous”. “A l’évidence, le chef de l’Etat entendait montrer que lui ne reste pas inactif, et qu’il a fait sa part avec d’importantes réformes déjà votées (retraites, loi plein emploi…). D’où cet appel à “redoubler de courage et d’énergie en matière de travail et d’emploi”. écrit Politico. Un message soutenu par Bruno Le Maire, qui appelle aux entreprises à se « secouer les puces ». Thomas Porcher explique : malgré toutes les réformes, - et il y en a eu beaucoup même si nous avons tendance à les oublier - ces cadeaux aux entreprises sont inefficaces. Mais Bruno Le Maire fustigera toujours le modèle social.

Le Ministre présente des pistes de solutions, des choses qui doivent être “corrigées”. Notamment, revoir le chômage des séniors. Bruno Le Maire propose que la durée du chômage des séniors passe de 27 à 18 mois, que les plus de 55 ans s’alignent donc sur les autres. Le Ministre refuse que les séniors “valent moins”, que cela inciterait à rester au chômage. “On a besoin de vous” dit Bruno Le Maire. Une très mauvaise idée selon Thomas Porcher, qui décrypte la stratégie du gouvernement : durcir les règles du chômage pour pouvoir exclure plus de personnes et donc, faire baisser artificiellement les chiffres.

L’ADEME, en partenariat avec le Ministère de l’écologie, a sorti une campagne vidéo pour dissuader les consommateurs d’acheter pendant les black friday. Une campagne qui dénonce la sur-consommation. Bruno Le Maire a trouvé ce spot maladroit. Thomas Porcher lui regrette que cette campagne fasse porter, une nouvelle fois, la responsabilité du changement climatique sur les consommateurs qui aujourd’hui ne « surconsomment pas mais font des arbitrages ». L’économiste explique sa déception à l’égard d’écologistes qui ont attendu le changement climatique pour dénoncer le capitalisme qui provoque aussi d’énormes dégâts sociaux.

Lisa Lap et Thomas Porcher décryptent tout cela, c’est l’instant Porcher !

L'instant Porcher

Thomas Porcher, économiste, signataire du manifeste des Économistes atterrés, et auteur de nombreux essais dont « Les Délaissés » et « Traité d’économie hérétique » débunke chaque semaine, sur le plateau du Média, les fausses évidences des gardiens du temple néolibéral. À l'occasion, d'autres économistes et praticiens de l'économie viennent répondre aux questions du Média dans le cadre de ce module.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !