Abonnez-vous
pour s'attaquer aux chaînes TV !
Je fais un don
L'instant Porcher

Thomas Porcher, économiste, signataire du manifeste des Économistes atterrés, et auteur de nombreux essais dont « Les Délaissés » et « Traité d’économie hérétique » débunke chaque semaine, sur le plateau du Média, les fausses évidences des gardiens du temple néolibéral. À l'occasion, d'autres économistes et praticiens de l'économie viennent répondre aux questions du Média dans le cadre de ce module.

Hausse des prix, crise de l'énergie : tout est fait pour qu'on se révolte

C’est la fin de la remise sur le prix des carburants le 31 décembre. Elle était de 30 centimes d'euro par litre à partir du 1er septembre, et est passée à 10 centimes depuis le 16 novembre. Pour combler les prix sans ristourne à partir de janvier, le gouvernement annonce donner un chèque de 100 euros à 10 millions d’automobilistes.

Pour y être éligible : il faut gagner moins de 1314 euros net par mois seul, ou 3941 euros pour un couple avec 2 enfants. Franceinfo précise “Les automobilistes pourront bénéficier de l'indemnité après s'être rendus sur le site des impôts pour indiquer leur plaque d'immatriculation et remplir une attestation sur l'honneur. L'aide est ciblée sur les salariés. Les demandeurs d'emploi n'en bénéficieront pas, mais pourront faire appel à une autre aide pour rembourser une partie de leurs déplacements.” On a connu le chèque énergie, fioul, bois, maintenant celui du carburant.

Le Parisien a fait une infographie pour s’y retrouver. En définitive, plus d’un travailleur sur trois pourra recevoir l’aide, nous apprend le quotidien. Les remises à la pompe avaient coûté 8 milliards d’euros. Ici le dispositif des chèques est estimé à 1 milliard d’euros, si les 10 millions de personnes éligibles font la demande. “Dans le projet de loi de finance 2023, nous avons une ligne budgétaire de 1,77 milliard pour répondre aux éventuels aléas”, détaille Matignon dans Le Parisien. Il restera donc un peu de budget.

Prévisions de disponibilité du parc nucléaire français qui se dégradent, 500 millions d’euros que l’Etat français va devoir payer pour ne pas avoir assez développé ses énergies renouvelables, possibles coupures d’électricité cet hiver, le fait que “si les objectifs du Grenelle de l’Environnement (2008) en matière d’isolation des bâtiments avaient été tenus, nous économiserions l’équivalent du gaz importé de Russie avant le début de la guerre en Ukraine” nous a appris Maxime Combes la semaine dernière lors de son interview sur Le Media…

Bref, il n’en fallait pas plus pour relancer le débat sur le nucléaire dans le en même temps macronien. Faut-il faire tout nucléaire, développer un mix, partir à fond sur les renouvelables ? Tout cela était-ce prévisible ? N’est-ce pas trop tard ? On va décrypter tout ça avec Thomas. C’est l’instant Porcher.

L'instant Porcher

Thomas Porcher, économiste, signataire du manifeste des Économistes atterrés, et auteur de nombreux essais dont « Les Délaissés » et « Traité d’économie hérétique » débunke chaque semaine, sur le plateau du Média, les fausses évidences des gardiens du temple néolibéral. À l'occasion, d'autres économistes et praticiens de l'économie viennent répondre aux questions du Média dans le cadre de ce module.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !