Je fais un don

Le monde n'a pas de centre

Le monde n'a pas de centre

Nous voulons porter un regard iconoclaste, internationaliste, “solidariste” sur l’actualité internationale avec une option préférentielle pour les Nations victimes du grand jeu néolibéral. Mais aussi pour les victimes de ce grand jeu dans les autres nations, même quand elles sont riches.

Les guerres secrètes du christianisme

La bataille mondiale pour l’âme du christianisme bat son plein. Et des “phénomènes politiques” comme Matteo Salvini, Donald Trump ou Jair Bolsonaro s’en servent plutôt habilement pour asseoir leur hégémonie politique, main dans la main avec les forces de l’argent, décidées à régner sur les cœurs et les esprits.

C’est un récit d’actualité dont le pitch ressemble à s’y méprendre à celui d’un thriller politico-ésotérique. Il était une fois, sur notre planète folle, des milliardaires américains conservateurs qui avaient décidé d’acheter le Vatican et de virer le successeur de Saint-Pierre, c’est-à-dire le pape François.

C’est une histoire vraie dont l'un des principaux narrateurs est Nicolas Senèze, journaliste à La Croix et envoyé spécial permanent au Vatican. Il a publié il y a quelques mois un livre-enquête qui a fait grand bruit sur une nébuleuse d’activistes religieux et laïcs ayant juré la perte de l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, également connu sous le nom de règne “pape François”. Mais comment et pourquoi peut-on en arriver à vouloir faire un putsch contre un souverain qui est réputé non révocable ? Nicolas Senèze nous raconte les frustrations de catholiques traditionalistes, furieux de la posture politique du pape actuel, qu’ils ne sont pas loin de considérer comme un communiste et un hérétique. Et ce n’est pas qu’une question religieuse...

Si le christianisme est en déclin dans la vieille Europe, et s’il est subdivisé en plusieurs chapelles qui sont d’accord sur leurs désaccords, il constitue tout de même une puissante Internationale qui compte plus de 2 milliards et demi de membres plus ou moins actifs. Influenceur sur les réseaux sociaux comme sous les clochers, le pape argentin est un farouche pourfendeur des dérives du capitalisme financier mais aussi un activiste vert, sans doute plus influent à l’échelle mondiale que Greta Thunberg. C’est un adversaire idéologique pour les catho-capitalistes.

Des catho-capitalistes persuadés d’avoir gagné la bataille culturelle.

La fin du XXème siècle avait semblé donner la victoire à un christianisme social, compassionnel et universaliste, dont des figures comme l’abbé Pierre, mère Teresa ou Martin Luther King semblaient être les emblèmes.

Aujourd’hui, un entrepreneur politique comme Matteo Salvini, le leader de la Ligue du Nord italienne, brandit son crucifix en public tout en critiquant violemment les prises de position du pape François. Outre-Atlantique, Donald Trump et Jair Bolsonaro sont eux aussi portés par la radicalisation identitaire et conservatrice de certains protestants évangéliques. Mais alors que la prochaine élection présidentielle approche, le premier cité commence à redouter une mise à distance d’une partie de son électorat religieux. Un frémissement que raconte Jean-Luc Gadreau, blogueur, slammeur et pasteur baptiste. “Des gens qui étaient en hésitation face à Trump se positionnent autrement contre lui”.

Car il faut savoir que Trump a derrière lui une base évangélique. Notamment chez les évangéliques blancs du Sud des Etats-Unis. Il s’appuie très fortement sur cet électorat, qui est cependant en train de bouger quelque peu face à un certain nombre d’attitudes et de comportements du président américain. Ce dernier, comme son homologue brésilien Jair Bolsonaro, travaille à donner des gages à cette frange de l’opinion publique. Sans rien céder sur le social mais en misant tout sur une sorte de focalisation du débat politico-médiatique sur des thématiques sociétales comme le mariage homosexuel, l’euthanasie, la procréation médicalement assistée ou la gestation pour autrui… Des débats qui bousculent les conceptions traditionnelles de la famille, et poussent un nombre très important de chrétiens de tous milieux à soutenir des propositions politiques qui, par ailleurs, ne rencontrent pas forcément leurs intérêts de classe. Quitte à donner, en plus, l’impression de vouloir écrire des lois imposant leurs valeurs et leurs choix de vie à ceux qui ne partagent pas leur foi.

Le monde n'a pas de centre

Nous voulons porter un regard iconoclaste, internationaliste, “solidariste” sur l’actualité internationale avec une option préférentielle pour les Nations victimes du grand jeu néolibéral. Mais aussi pour les victimes de ce grand jeu dans les autres nations, même quand elles sont riches.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !