Un Média libre et indépendant
Je fais un don

Lettre ouverte contre les violences sexistes et sexuelles à l’ensemble de la France Insoumise

Par Les invités de la rédaction

Vous pouvez retrouver tous les contenus de Les invités de la rédaction en consultant sa page.

"Parce qu’il se veut féministe, notre mouvement se doit d’être particulièrement exemplaire, transparent et réactif" . Dans une tribune publiée par Le Média Presse, des militantes et militants de la France Insoumise exhortent leurs camarades à réagir au sujet des présomptions de violences sexistes et sexuelles au sein du parti, évoquées récemment dans une enquête du mensuel féministe Causette. Ils demandent une réaction publique du mouvement, l’ouverture d’une enquête interne, des sanctions à l’encontre des agresseurs et un protocole d’intervention clair.

Nous, militant·e·s et sympathisant·e·s insoumis·e·s, avons récemment pris connaissance de l’enquête parue en décembre dernier dans le magazine Causette. Intitulé “Sexisme, homophobie, autocratie” , cet article fait état d’actes qui relèvent, au titre du Code pénal, du harcèlement et de l’agression sexuelle (1). Un “ responsable (Parti de Gauche) aujourd’hui député FI ” est particulièrement visé.

Interpellée sur Twitter, Danielle Simonnet, oratrice nationale de la France Insoumise a fini par réagir le 3 mars dernier. Soulignant qu’il n’y a “ pas d’omerta à la FI ”, elle affirme n’avoir reçu aucun témoignage à ce sujet. Le compte Twitter @AntisexismeFI, créé en réaction à l’article de Causette, affirme pourtant que l’ancienne responsable du livret Egalité Femmes-Hommes, Amandine Fouillard, avait apporté “ des témoignages précis ” à Danielle Simonnet et Manuel Bompard sur le comportement d’un député.

Des témoignages précis sur le député harceleur et d'autres cas avaient été apportés à la direction FI, @mbompard et à @Simonnet2 par l'ancienne responsable féminisme Amandine Fouillard. Toujours aucune réaction de leur part. #8mars #AntisexismeFI https://t.co/jssvwvN34c

— Antisexisme FI (@AntisexismeFI) 8 mars 2019

Il nous semble indispensable que la France Insoumise réagisse sans plus attendre. Les violences sexuelles sont systémiques, elles touchent toutes les institutions, toutes les familles, tous les corps de métiers, tous les partis. Mais parce qu'il se veut féministe, notre mouvement se doit d'être particulièrement exemplaire, transparent et réactif.

Nous nous félicitons de la création, en interne, d’une pôle de vigilance et d'écoute contre les violences sexistes et sexuelles. Il nous semble néanmoins important de rappeler que l’enclenchement de la procédure ne peut reposer sur les seules victimes. Il nous faut prendre en compte la peur qui est la leur : peur de ne pas être crue, peur que l’on minimise ce qu’elles ont vécu, peur qu’on les culpabilise au motif que leurs révélations pourraient nuire au mouvement.

L’enclenchement de la procédure ne peut non plus être conditionné au dépôt d’une plainte. En France, rappelons-le, seules 10% des femmes victimes de violences sexuelles portent plainte. Seules 10% de ces plaintes aboutissent à un procès.

Parce que nous pensons que faire cesser les violences sexistes et sexuelles est l'affaire de tous et toutes, et que c'est par un changement radical de la conscience collective que les comportements individuels changeront, nous appelons aujourd'hui par ce texte l'ensemble de la France Insoumise à réclamer :

  • Un éclairage quant à l’absence de réaction publique de la France Insoumise. Nous considérons que le mouvement aurait dû réagir, que les militant·e·s auraient dû être prévenu·e·s de la parution de cet article pour qu’un appel à témoignages soit lancé et un soutien aux victimes affirmé.
  • L’ouverture, au plus vite, d’une enquête interne par les membres de la cellule d’aide. Les député·e·s, leurs collaborateurs et collaboratrices doivent être entendu·e·s, les conclusions de cette enquête communiquées aux militant·e·s.
  • Des sanctions à l’encontre des agresseurs et de celles et ceux qui ont exercé des pressions directes ou indirectes sur les victimes. Les agresseurs, qu’ils soient en responsabilité ou non, ne doivent pas avoir leur place à la France Insoumise. Les militant·e·s doivent pouvoir faire vivre le mouvement et ses idées sans risque d’être exposé·e·s à un agresseur qui n’aurait pas été écarté.
  • Que la cellule dédiée soit pourvue des moyens adéquats, qu’elle puisse bénéficier de l’appui d’associations spécialisées.
  • Un protocole d'intervention clair, communiqué à tous les membres de la France Insoumise, qui doit permettre la prise en charge rapide de tout signalement de comportement harcelant ou de violence sexiste ou sexuelle.

Nous considérons que s'engager sur le chemin de l'exemplarité vis-à-vis du traitement des cas de violences sexistes et sexuelles serait un titre d'honneur pour une grande formation politique féministe. Montrons l'exemple !

Signataires :

Éric Allmendiger

Léa Assaba

Victor Berson

Luc Cerceuil

Joseph Chatelin

Julie Desbeaux

Emmanuelle Dubois

Nicolas Dumoulin

Adèle Fletcher

Quentin Girod

Sarah Girod

Juliette Goffinet

Claudine Heuzé

Jérémy Huet

Jean Hugon

Brice Lacoste

Mathilde Larrère

Suzanne Lecomte

Sonia Lindé

Thomas Liot

Alain Lorillu

Maryvonne Lorillu

Olivier Lorillu

Pauline Martin

Rémi Papin

Franciella Paturot-Eustache

Maud Pelletier

Dahman Richter

Julien Roche

Thibault Sans

Dris Talbi

Panda Roux

Pfinelle

Citoyen Atterré

Soutiens : Isabelle Attard, Mathilde Beuscher, Anaïs Leleux, Mélusine, Léa Tytéca

Mise à jour, 29 mars 2019 : Le Pôle de prévention et de lutte contre les violences sexistes et sexuelles de la France Insoumise a souhaité apporter une réponse aux autrices et auteurs de cette lettre. Elle peut être consultée au lien suivant : FI – RÉPONSE À LA « LETTRE OUVERTE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES ».

Mise à jour, 31 mars 2019 : La liste des signataires et des soutiens est également mise à jour.

(1) NDLR : les termes de harcèlement et d'agression sexuelle ne figurent pas formellement parlant dans l’article publié par nos consœurs et confrères de Causette.

Crédits photo de Une : Groupe d'appui France Insoumise Benelux / Flickr-CC.

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !