Une matinale alternative pour 2022 ?
Je finance
la contre-matinale
Les reportages

Le Média et ses équipes se mobilisent au plus près du terrain pour vous permettre de suivre et de comprendre les événements et les tendances de fond qui touchent et transforment la France et le monde.

Scandale : le gouvernement supprime encore des lits d'hôpitaux

En dépit de la crise sanitaire, les suppressions de lits se poursuivent dans de nombreux hôpitaux du pays. Reportage avec notre journaliste Marine Manastireanu.

Ce vendredi 16 avril devant l’AP-HP, syndicats mais aussi collectif de citoyens, d'usagers et d’élus locaux se sont rassemblés pour protester contre ces fermetures, mais aussi contre le projet de construction d’un hôpital à Saint-Ouen, l’hôpital Grand Paris Nord. 

1,3 milliard d’euros débloqués pour un nouvel hôpital en Seine-Saint-Denis.

Un budget qui fait rêver, mais qui s’accompagne de la fermeture de deux autres hôpitaux, Bichat dans le 18ème à Paris et Beaujon à Clichy. Un projet avec un financement certes conséquent, mais qui pose question concernant les bénéfices engendrés par la vente du foncier des deux hôpitaux fermés.

Denis Vemclefs, élu municipal de Saint-Ouen et adhérent du collectif citoyen “Pas ça, pas là, pas comme ça” dénonce de son côté une belle vitrine mais qui ne répondra pas aux besoins de la population locale : "Dans nos territoires on a besoin de plus de centres de santé, mais là ce que nous propose l'AP-HP ce ne sont pas des hôpitaux en plus mais des hôpitaux en moins. Ils nous font miroiter que ça va être moderne, avec de l'ambulatoire, mais l'ambulatoire ça ne répond pas aux populations fragilisées de nos territoires, qui vivent dans des conditions sanitaires difficiles."

De leur côté, l’AP-HP et l’Agence régionale de santé, se lancent dans une bataille de chiffre pour arriver tant bien que mal à la même capacité de lits que Bichat et Beaujon, avec 1073 lits en période normale et la possibilité d’arriver à 1317 lits en période de crise en dédoublant les chambres notamment… Des ajustements qui d’après Olivier Milleron, cardiologue à l’hôpital de Bichat, tentent de cacher la réalité sanitaire de ce projet. "Dans ce nouvel hôpital, les gens seront hospitalisés 30% moins longtemps que dans le reste de la France, sans aucune justification sanitaire, et le taux d'occupation des lits devra être de 95%, ce qui ne permettra pas de gérer les urgences. On veut des patients qui rapportent, et des patients qui rapportent ce sont des patients programmés chez qui on va faire des actes et qui vont sortir. Là pour l'instant ce qu'on prévoit c'est environ 500 pertes d'emplois. Dans la période actuelle, c'est irréaliste, voire criminel.", explique Olivier Milleron.

Des critères de rentabilité fixés par le Copermo, pour comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’hôpital. Censé valider les grands projets hospitaliers sur une base de retours à l’équilibre et de rentabilité, le comité a été supprimé lors du Ségur de la santé à l’été 2020 suite à la crise covid. Pourtant sur le terrain, les projets se poursuivent, comme le projet Grand Paris Nord. Un projet que le maire de Saint-Ouen entend bien défendre tant il y voit une opportunité pour sa ville, au-delà du plan sanitaire.

Le 1er mars dernier, la mairie organisait un conseil municipal extraordinaire afin d’entendre toutes les parties. Pourtant, des habitants dénoncent des prises de décision sans réelle concertation. Christophe et Eric, habitants de Saint-Ouen depuis de nombreuses années se retrouvent devant l’ancien site de PSA, le lieu où sera construit le nouvel hôpital et qui fait débat. "Les premiers garants du débat public ont démissionné, pour protester contre la manière dont le projet était mené. Les gens ne sont absolument pas au courant, il y a une volonté de la part de l'AP-HP de rester obscure, ce n'est pas une concertation populaire", témoigne Christophe.

"Il y a un grand décalage entre le discours de l'AP-HP porté par des techniciens et la population. Ils considèrent que nous sommes un peu les indigènes qui ne comprennent rien, mais dans cette ville, il y a plein de gens intelligents, qui n'ont pas fait BAC+12 mais ils sont là et sont concernés", ajoute Eric.

Car au-delà des suppressions de lits, la construction de cet hôpital pose question, de par son emplacement et sa taille. Le 21 avril dernier, l’autorité environnementale pointait des études d’impact trop floues, notamment sur la qualité de l’air et les nuisances sonores pour les riverains. En parallèle, ce collectif citoyen a donc soumis un projet alternatif, notamment soutenu par le député de la Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel.

Une pétition a aussi été signée par plus de 40 chefs de services hospitaliers de Beaujon et Bichat notamment, contre cette logique de fusion et de suppressions de lits sous couvert de création d’hôpital. Car les projets hospitaliers imposés par le Copermo du « monde d’avant » se poursuivent non seulement en Ile-de-France, mais aussi à Caen, Rennes, Nantes, … Une destruction de l’hôpital public qui suit sont cours … covid ou pas covid.

Les reportages

Le Média et ses équipes se mobilisent au plus près du terrain pour vous permettre de suivre et de comprendre les événements et les tendances de fond qui touchent et transforment la France et le monde.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !