Une matinale alternative pour 2022 ?
Je signe la pétition

On s'autorise à penser

On s'autorise à penser

Parce qu’il n’est plus possible que seuls “les milieux autorisés” soient autorisés à penser notre monde, ses réalités et ses combats. Cette émission se veut le carrefour des intellectuels, penseurs et acteurs des luttes sociales dissidents et/ou invisibilisés.

Loi sécurité globale : vers la toute-puissance policière | Entretien + le film « Sécurité globale : de quel droit ? »

Un entretien avec le professeur de droit pénal Olivier Cahn suivi du film « Sécurité Globale : de quel droit ? » de Stéphane Elmadjian et Karine Parrot

Olivier Cahn, Professeur de droit pénal, a été auditionné au sujet de la loi « Sécurité globale » par le Sénat, où ce texte est examiné à partir de ce 3 mars, après avoir été voté par la majorité macroniste à l’Assemblée nationale le 24 novembre dernier. Olivier Cahn est aussi l’un des sept juristes interrogés dans le film documentaire de Karine Parrot et Stéphane Elmidjian intitulé « Sécurité globale, de quel droit ? », disponible à l’adresse https://kparrot.gitlab.io/securite-globale-de-quel-droit/, que ses auteurs et la maison de production Agiti films ont aimablement autorisé le Média à diffuser sur sa chaîne YouTube, à la suite de cet entretien ainsi qu’en vidéo autonome .

Dans cette discussion avec Julien Théry, Olivier Cahn revient sur certains aspects particulièrement inquiétants de la loi – que le gouvernement d’Emmanuel Macron s’efforce de faire adopter en procédure accélérée, malgré les (voire à la faveur des) restrictions imposées à la liberté d’expression et de manifestation en raison de la crise sanitaire. Le concept de « sécurité globale », dont la gestation a commencé dans les milieux néo-conservateurs américains après la Chute du Mur de Berlin et surtout après les attentats du 11 septembre 2001, a été promu en France, notamment, par le criminaliste Alain Bauer. Une série de lois passées par les gouvernements de François Hollande à partir de 2014 a préparé le texte présenté aujourd'hui. Le principe directeur est la constitution d'un « continuum de sécurité » fusionnant les institutions détentrices de pouvoirs régaliens avec les polices municipales et les entreprises de sécurité privée et impliquant une massification de la vidéosurveillance, le plus souvent sans contrôle de l'instance judiciaire.


On s'autorise à penser

Parce qu’il n’est plus possible que seuls “les milieux autorisés” soient autorisés à penser notre monde, ses réalités et ses combats. Cette émission se veut le carrefour des intellectuels, penseurs et acteurs des luttes sociales dissidents et/ou invisibilisés.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !