Vous rêvez d'une autre info sur la TNT ? Nous aussi !
Déjà 10 000 récoltés.
Ensemble, créons la TV du futur !
Je fais un don
Le face cam

Leurs histoires, touchantes, révoltantes, édifiantes ou inspirantes, nous disent quelque chose de notre actualité. Ils ont accepté de venir face à la caméra du Média pour les partager, et si possible nous bousculer et modifier nos perceptions.

Alerte ! La loi de sécurité globale est une grave atteinte à l'État de droit

Une nouvelle étape contre la liberté de la presse, la liberté de manifester, bref, contre l'état de droit, est en train d'être franchie. Avec la PPL sécurité globale, le gouvernement entend bien continuer sa politique de sape des droits démocratiques et décide, en pleine pandémie, au milieu des attentats terroristes, de légiférer sur le droit de manifester. Interdiction de filmer les policiers, ouverture à l'usage de drones pour surveiller les manifestations (une première étape ouvrant la porte à leur usage généralisé) couplés à des logiciels d'intelligence artificielle.

Nous avons reçu Paul Cassia, professeur de droit public à l'Université Paris I, pour parler de cette loi et de ses conséquences.

"Avec une interdiction de filmer, il n'y aurait jamais eu d'affaire Benalla. Il n'y aurait jamais eu d'affaire du Burger King, il n'y aurait jamais eu d'affaire Geneviève Legay, et on s'en serait tenu aux déclarations du procureur de la République, affirmant que les forces de l'ordre n'avaient pas mené de charge d'une violence excessive contre les manifestants à Nice" nous dit le professeur de droit.

Avec les drones, Paul Cassia met en garde contre le fait contre l'archivage et l'utilisation des images de ces drones, et qui couplé à un logiciel de reconnaissance faciale pourrait ouvrir la porte au fichage de tout participant à une manifestation. "Il y a un risque de dérive vers le totalitarisme. Les drones pourraient par exemple s'étendre à notre vie quotidienne, et ils seront des outils de contrôle de nos faits et gestes à chaque instant. Une société digne de celle décrite par Orwell dans 1984".

Le face cam

Leurs histoires, touchantes, révoltantes, édifiantes ou inspirantes, nous disent quelque chose de notre actualité. Ils ont accepté de venir face à la caméra du Média pour les partager, et si possible nous bousculer et modifier nos perceptions.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !