Vous rêvez d'une autre info sur la TNT ? Nous aussi !
Déjà 10 000 récoltés.
Ensemble, créons la TV du futur !
Je fais un don

Pénurie de médicaments : quand Big Pharma influence les pouvoirs publics

Par Gauthier Mesnier

Vous pouvez retrouver tous les contenus de Gauthier Mesnier en consultant sa page.

La pénurie de médicaments s’est installée dans notre pays. Pour faire face à ce problème qui dure, la première ministre Elisabeth Borne vient de mettre en place une mission interministérielle chargée de “proposer des solutions”. Mais pas d’inquiétude pour l’industrie pharmaceutique, qui peut continuer à dormir sur ces deux oreilles : cette mission est gangrénée par les lobbies des laboratoires qui tirent profit des pénuries. Enquête.

 “Nous sommes en gestion de pénurie permanente”, déplore un pharmacien préparateur au CHU de Besançon. Au centre hospitalier de la capitale comtoise, comme partout ailleurs en France, les pénuries de médicaments ne cessent de s’aggraver. En ce début d’année 2023, plus de 300 médicaments d’intérêt thérapeutique majeur - c’est-à-dire pour lesquels une interruption de traitement peut être susceptible de mettre en jeu le pronostic vital - sont en rupture de stock selon l’Agence nationale de Sécurité du Médicament (ASNM). Un chiffre dix fois plus élevé qu’en 2017. La France, patrie de Pasteur et des vaccins, manque d’anti-infectieux, d’anticancéreux mais aussi de traitement du système nerveux. 

Une mission gangrenée par les lobbys des Big Pharma 

 Pour faire face à ces pénuries, une mission interministérielle devait réunir “les acteurs concernés par les pénuries de médicaments” nous assurait-on du côté de Matignon début décembre. Par “acteurs concernés”, on s’attendait logiquement à ce que les laboratoires pharmaceutiques mais aussi les fédérations hospitalières, les pharmaciens, ou encore les associations de défense des malades, soient réunis autour de la table pour proposer des pistes de réflexions. Il n'en est rien.

Nous dévoilons dans cette enquête que cette mission, rassemblant “six personnalités, toutes reconnues pour leurs expertises”, est en réalité cornaquée par des représentants d’intérêts plus ou moins proches des laboratoires pharmaceutiques. Comme le rappelait le Canard Enchaîné début février, on y retrouve Frédéric Collet, ex-président du Leem, le principal lobby des laboratoires pharmaceutiques mais aussi directeur jusqu’en mai 2022 de… Novartis France.

Pour lire la suite abonnez-vous

Je m'abonne et je soutiens la presse indépendante

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui contribuent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !