Je fais un don

L'ex-agent secret qui en sait beaucoup trop #16 Areva et l'argent de l'affaire UraMin : corruption au Brésil ?

Par Marc Eichinger

Fils de résistants, Marc Eichinger a été trader pour plusieurs banques avant de diriger sa société d’enquêtes et de sécurité, APIC, qui protège les entreprises sur des terrains hostiles. Avec l’affaire Areva il devient un espion, spécialisé dans la criminalité financière.

Notre tour du monde des opérations suspectes liées au groupe Areva n’est pas terminé. Nous n’avons pas encore parlé du Brésil, où des affaires de corruption dans le secteur du nucléaire ont impliqué, entre autres, un ministre, un président de la République et deux PDG successifs de la compagnie d'électricité Eletrobras.

Le 7 janvier 2011, le ministre des Mines et de l’Énergie brésilien Edison Lobão annonce que son pays compte acquérir quatre centrales nucléaires. Le contrat est censé être conclu avant la fin de cette année-là.

Le 7 novembre 2013, Areva signe finalement un contrat de 1,25 milliard d’euros avec l’électricien brésilien Eletrobras Eletronuclear pour achever la construction du réacteur Angra 3, situé dans l’État de Rio de Janeiro. Areva doit fournir des services d’ingénierie, les composants, ainsi que le système de contrôle-commande numérique de la centrale. Le groupe apportera également son assistance dans la supervision des travaux d’installation et des essais de mise en service.

L'ex-agent secret qui en sait beaucoup trop #16 Areva et l'argent de l'affaire UraMin : corruption au Brésil ?

En 2014, Edison Lobão est arrêté par la police dans le cadre de l’opération Lava Jato (« car wash »). Il est formellement accusé de corruption, mais a droit bien entendu au respect de la présomption d’innocence. Le contrat Angra 3 fait l’objet d’une enquête approfondie pour corruption, ce qui vaudra à Éliane Houlette, notre procureuse générale financière, d’aller faire un petit tour au Brésil en mai 2017.

Dix-neuf personnes sont arrêtées pour avoir versé des pots-de-vin à Eletronuclear.

Quant au PDG d’Eletronuclear, Othon Luiz Pinheiro da Silva, partenaire d’Areva pour le contrat Angra, il est arrêté et condamné à une peine de quarante-trois ans de prison. En juillet 2016, les procureurs brésiliens annoncent aussi que le nouveau président d’Eletronuclear, Pedro Figueiredo, est suspendu de ses fonctions pour collusion avec son prédécesseur et interférence dans les enquêtes internes de l’entreprise. Dix-neuf personnes sont arrêtées pour avoir versé des pots-de-vin à Eletronuclear. En échange, les dirigeants du groupe auraient laissé les entreprises de construction gonfler le coût des contrats pour Angra 3. Certains politiciens et partis politiques auraient également bénéficié de la corruption : cette affaire a ainsi fait tomber l’ancien président brésilien Michel Temer en 2019.

Le réacteur Angra 3 n’est toujours pas achevé. Le communiqué de presse d’Areva du 26 juin 2015 précise : « Areva a décidé de réduire temporairement ses activités sur le réacteur nucléaire Angra 3 d’Eletrobras Eletronuclear (ETN), situé dans l’État brésilien de Rio de Janeiro. [...] Cette réduction temporaire s’explique par un retard dans le financement du reste des activités à réaliser pour mener à bien le projet. »

L'ex-agent secret qui en sait beaucoup trop #16 Areva et l'argent de l'affaire UraMin : corruption au Brésil ?
Michel Temer, Président de la République brésilienne (2018-2019), inculpé pour corruption puis arrêté en 2019

Nos amis russes ont un goût prononcé pour l’humour. En novembre 2017, la société russe Rosatom, qui a signé un mémorandum de coopération technique avec Eletronuclear et Eletrobras pour étudier le potentiel de l’activité nucléaire au Brésil, attend la définition d’un « modèle économique » pour la reprise de la construction du réacteur nucléaire Angra 3. « Les plans existent. Cependant ils ne dépendent pas de nous, mais des clients, a déclaré Ivan Dybov, président de Rosatom Amérique latine. Le projet est prêt à être fait, mais le business model est toujours manquant. »

Depuis quand faut-il un business model dans le nucléaire ?!?

Les Russes ont fini par jeter l’éponge. Mais, malgré tous les déboires du secteur nucléaire au Brésil, EDF a décidé de tenter tout de même sa chance. En juin 2018, l’électricien français, qui a récupéré Areva NP (rebaptisée Framatome cinq mois plus tôt), la filiale d’équipements nucléaires de l’ex-fleuron industriel, annonce la signature d’un accord de coopération avec Eletrobras pour finir la construction d’Angra 3…

(à suivre)

L'homme qui en savait beaucoup trop. Révélations d'un agent au coeur des secrets d'État, le livre de Marc Eichinger (avec la collaboration de Thierry Gadault) dont ce texte est extrait, est vendu en ligne sous forme d'ebook (9,99 €). Il peut être téléchargé par exemple ici.

L'ex-agent secret qui en sait beaucoup trop #16 Areva et l'argent de l'affaire UraMin : de l'Inde au Mozambique

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !