Je fais un don

On s'autorise à penser

Retrouvez ce podcast sur votre plateforme préférée
Apple PodcastsSpotifyOvercastCastboxGoogle PodcastsPocket CastsBreakerRadioPublicRSS
On s'autorise à penser

Parce qu’il n’est plus possible que seuls “les milieux autorisés” soient autorisés à penser notre monde, ses réalités et ses combats. Cette émission se veut le carrefour des intellectuels, penseurs et acteurs des luttes sociales dissidents et/ou invisibilisés.

Procès France Telecom : la machine infernale du néolibéralisme

De mai à juillet 2019, 7 dirigeants du groupe France Télécom/Orange, dont le PDG Didier Lombard, ont été jugés pour avoir organisé le harcèlement et la maltraitance managériale des salariés afin d’obtenir plus de 20 000 départs « volontaires », l’objectif étant de désendetter le groupe pour faire remonter le cours de ses actions en bourse. Le tribunal a condamné tous les accusés, ce qui constitue un événement sans précédent… mais les peines pécuniaires sont dérisoires, eu égard aux dizaines de suicides et aux terribles sévices psychologiques sciemment provoqués par les coupables.

C’est avec les moyens de la littérature que l’écrivaine Sandra Lucbert, qui a suivi le procès, donne à voir ce qui était en jeu dans ce procès inédit et donne à comprendre, ce faisant, les raisons pour lesquelles une condamnation qui soit à la mesure du crime était impossible. Tel est l’objet de son livre récemment paru au Seuil, dans la Collection Fiction & Compagnie, intitulé Personne ne sort les fusils.

« On n’a pas si souvent l’occasion de voir à nu la lutte des classes », écrit Sandra Lucbert à propos du face à face entre les parties civiles meurtries, mutilées par les tortures subies ou endeuillées par les suicides, et la bonne conscience satisfaite, le contentement irrépressible des prévenus. Si les dirigeants et les managers de France Telecom ont pu avec succès faire du harcèlement « leur cœur de métier », comme il a été dit au procès, et si leurs victimes se sont retrouvées sans défense, c’est parce que l’emprise de langue du capitalisme néolibéral (LCN, écrit S. Lucbert) et de ses catégories de pensée a mis en place un implacable système de domination.

Les instruments d’analyse de S. Lucbert ne sont pas ceux de la sociologie ou de l’économie (quand bien même elle utilise rigoureusement les enseignements de ces discipines) : il s’agit plutôt d’œuvres comme « La Colonie pénitentiaire » de Kafka, Bartleby de Melville ou l’épisode des « paroles gelées » trouvées par Pantagruel dans le Quart livre de Rableais. Dans une forme littéraire hybride, qui utilise la prose comme traitement de la réalité sociale et moyen de mise à nu de « ce qui est invisible par trop de présence », S. Lucbert donne à connaître les ressorts de la machine à broyer l’humanité qu’est le capitalisme financiarisé. Pour y échapper, il faut parler d’autres langues que la sienne.

Procès France Telecom : la machine infernale du néolibéralisme

On s'autorise à penser

Parce qu’il n’est plus possible que seuls “les milieux autorisés” soient autorisés à penser notre monde, ses réalités et ses combats. Cette émission se veut le carrefour des intellectuels, penseurs et acteurs des luttes sociales dissidents et/ou invisibilisés.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !