Je fais un don

On s'autorise à penser

On s'autorise à penser

Parce qu’il n’est plus possible que seuls “les milieux autorisés” soient autorisés à penser notre monde, ses réalités et ses combats. Cette émission se veut le carrefour des intellectuels, penseurs et acteurs des luttes sociales dissidents et/ou invisibilisés.

Les impostures de l'universalisme ‒ Louis-Georges Tin

Paradoxe : en France, réputée « pays des droits de l'homme », la légitimité des mouvements antiracistes, féministes et anti-homophobes est régulièrement remise en cause depuis les années 1980. Celles et ceux qui prennent la défense des populations discriminées sont suspects de « communautarisme » et de « séparatisme » (terme promu récemment par le Président de la République).

 Ces accusations encourues même par quiconque fait le simple constat du phénomène des féminicides ou du racisme systémique dont font l'objet les Noirs et les Arabes dans les pratiques ordinaires de la police. Selon leurs détracteurs, le grand tort des militants antiracistes, féministes ou LGBT serait de remettre en cause « l’universalisme », c'est-à-dire les « les valeurs républicaines ».

Dans un entretien avec Régis Meyran récemment publié aux éditions Textuel, l'ancien président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) Louis-Georges Tin s'attaque aux Impostures de l'universalisme qui tiennent aujourd'hui une si grande place dans le débat public en France. Julien Théry le reçoit dans cet épisode d'« On s'autorise à penser » pour une conversation autour de cette question on-ne-peut-plus d'actualité.

Si le terme « universalisme » a été lancé à la fin des années 1980, en particulier pour combattre la politisation d'un mouvement comme SOS Racisme au moment où ce dernier tentait d'échapper à l'instrumentalisation par le Parti socialiste, l'idée que le modèle et les valeurs de la société bourgeoise française sont supérieures et doivent être imposées est aussi vieille que la colonisation. Louis-Georges Tin rappelle que la conviction explicitement formulée par Jules Ferry que les « races supérieures » avaient « le droit et le devoir » de « civiliser les races inférieures » est aux origines des immenses crimes de la colonisation. Il souligne aussi à quel point le mythe national de l'universalisme soutient en France, depuis très longtemps, une culture de la violence hégémonique et de la centralisation uniformisatrice au profit de la domination d'un petit nombre.

Face à la tentation, qui est celle d'une partie de la gauche, de hiérarchiser les combats en faisant passer ceux des minorités après la question sociale pensée exclusivement en terme de lutte des classes, Louis-Georges Tin souligne la nécessité de l'intersectionnalité. Cette notion, élaborée par la sociologue états-unienne Kimberley Crenshaw, permet de penser l'enchevêtrement des dominations et la relativité des positions individuelles (on peut être dominé en tant que femme ou homosexuel et dominant en tant que Blanc et bourgeois, par exemple). Et d'échapper à l'instrumentalisation d'un pseudo-universalisme qui n'est qu'uniformalisme au profit des pouvoirs en place.

Les impostures de l'universalisme ‒ Louis-Georges Tin

On s'autorise à penser

Parce qu’il n’est plus possible que seuls “les milieux autorisés” soient autorisés à penser notre monde, ses réalités et ses combats. Cette émission se veut le carrefour des intellectuels, penseurs et acteurs des luttes sociales dissidents et/ou invisibilisés.

En voir +

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !