10

[DIRECT] #10 – GILETS JAUNES : COMMENT FAIRE PLIER MACRON ?

Invités :

– Maxime Nicolle « Fly Rider » (Gilet jaune)
– Deux représentants des Gilets jaunes de Commercy
– Samuel Hayat (politologue)
– Teddy Lemaire (Gilet jaune d’Orléans)

Les semaines passent depuis le début du mouvement, ce sera la douzième ce week-end, et rien ne semble pouvoir faire céder un gouvernement qui préfère éborgner et persécuter plutôt que de revenir sur les privilèges fiscaux de ses commanditaires. Face à cela les Gilets jaunes se cherchent une stratégie. Alors qu’on apprenait la naissance d’une liste très controversée aux élections européennes il y a une semaine, un appel à la grève générale illimitée circule désormais sur les gros groupes de Gilets jaunes pour le 5 février prochain. La poursuite des protestations, voire même leur intensification, ne fait aucun doute, reste à trouver un débouché politique à ce soulèvement. Mais les Gilets jaunes se déchirent parfois sur la question. Alors, comment faire plier Macron ? Ce soir, en direct, le live Vraiment Politique du Média cherchera à penser la suite à donner au mouvement.

Cette émission est également disponible en podcast :

👉 Soutenez Le Média : http://soutenez.lemediatv.fr/

👉 Exigez l’amnistie des gilets jaunes : https://amnistiegj.fr/

⚠ Suivez-nous :

Twitter : http://bit.ly/TwitterLeMedia

Facebook : http://bit.ly/FacebookLeMedia

Youtube : http://bit.ly/YouTubeLeMedia

👉 Rejoignez nos Socios pour aider à sous-titrer et traduire les programmes du Média : https://www.lamarmite.fr/lm

10 comments on [DIRECT] #10 – GILETS JAUNES : COMMENT FAIRE PLIER MACRON ?

  1. CelineC dit :

    Bravo. J’ai beaucoup apprécié ces échanges posés, construits, humanistes et intelligents. Merci au Média et à ces personnes qui au travers leur mouvement et leur discours font de l’éducation populaire.

  2. JIEM dit :

    Bonjour
    Un peu sec votre politicien Samuel Hayat à la fin du débat.
    Au fil de celui-ci il « décroche » et à la fin Il semble tomber des nues lui qui pense que hors de la lutte pour le pouvoir il n’y a pas de vie politique.
    Ces gilets jaunes ne font vraiment pas ce que l’on prévoit.

  3. pem dit :

    je suis le mouvement depuis le début avec sympathie .
    Mais le manifeste apolitique sonne terriblement faux …
    soit qu’il est le fruit d’un désir œcuménique de rassembler tout le monde : ce que prétendent faire les religions depuis la nuit des temps avec le succès que l’on connait
    la stratégie de la poussière sous le tapis est tout sauf démocratique ( la démocratie est résoudre les problèmes par le débat et le vote)
    soit qu’il découle d’une approche « politique » d’un état émotionnel populaire … le peuple en a marre : c’est la faute aux partis, aux syndicats et nous allos faire mieux …. c’est le discours de Macron
    soit qu’il es révélateur d’une destruction de l’enseignement public et d’une acculturation de la population … l’éducation populaire c’est l’école ouverte sur le développement de l’intelligence
    français, maths, sciences,mais aussi philo, histoire, géographie, arts, travaux manuels, sports, etc …
    le capitalisme ce n’est pas gagner de l’argent c’est permettre à des oisifs de vivre des intérêts des intérêts du capital au détriment des productifs … l capitalisme ce n’est pas bien Mr Nicoll
    la politique était la gestion de la cité …. à Athènes, ville paradisiaque ,dans laquelle seules 500 personnes avait droit de vote ( le reste était esclave, ouvrier, quantités négligeables.) .. la France c’est 60 millions et des problèmes plus complexes que ceux d’un village
    la politique c’est faire en sorte que 60 millions de gens qui ont des avis divergents ne s’entretuent pas. C’est le meilleur argument développé par un parti qui gagne. Ce n’est pas un jeu c’est de la civilisation.

    bon courage aux gilets jaunes …

  4. WEBER Paula dit :

    Débat intéressant. Il permet de connaitre un peu les idées portées par les divers invités. Mais le chemin est long tant nos idées reçues sont bousculées. Je perçois un peu de naïveté peut-être, en revanche beaucoup de détermination. Très salutaire.

  5. Ainuage dit :

    Quelques commentaires sur quelques propos tenus pendant le débat :

    A – « on ne se connait pas soi-même à la fin de sa vie » : très juste, car « l’essence de l’homme c’est l’ensemble de ses rapports sociaux (Marx) » , et donc, tant que nous nous inscrivons dans de nouveaux rapports sociaux (c’est–à-dire en permanence car on ne choisit pas ses rapports sociaux) ce que nous sommes évolue (autre qu’hier et autre que demain). Au fond l’homme n’est jamais abouti ! et comme la connaissance de l’être est toujours en retard sur l’être lui-même ; et bien c’est … court plus vite Charly … (Socrate ne connaissait pas Johnny Halliday et c’est dommage).

    B – « alliance avec les syndiqués mais pas avec les syndicats » : ça confirme que les Gilets Jaunes sont un mouvement « citoyens » et non un mouvement « partisans », mêmes si ces citoyens sont avant tout des citoyens des classes sociales les plus en difficultés financières : a) des prolétaires classiques, non propriétaires des moyens de production nécessaires à leur travail, sous contrat de subordination, mais payés à l’heure et protégés par le code du travail ; b) des néo-prolétaires, propriétaires partiels des moyens de production nécessaires à leur travail (uber, auto-entrepreneurs), payés à la tâche, non protégés par le code du travail, sous subordination de la loi du marché ; c) des statuts labiles, oscillant entre pauvreté et aisance, entre prolétariat classique et petit entreprenariat, propriétaires des moyens de production, payés à la tâche, régis par le droit commercial et soumis directement à la domination (crypto-subordination) et à la férocité des grands donneurs d’ordre et des banquiers : crypto-prolétaires quand ils sont pauvres, vrais entrepreneurs quand ils sont aisés, libéraux avant d’être collectivistes. Les mouvements marxistes-léninistes révolutionnaires n’ont jamais su comment traiter ce petit entreprenariat labile, le plus souvent pauvre mais tourné vers la richesse.

    Les Gilets jaunes donnent pour la première fois (depuis la Révolution) une consistance politique à cette grande catégorie de pauvres ou menacés de pauvreté, « de pauvres » de classes et de statuts différents, formant la nouvelle structure du prolétariat. Les divergences d’opinions – réelles mais plutôt rares (racisme vs non racisme, lgbt vs non lgbt, immigration vs non immigration, carnassier vs végétarien….) – ne peuvent en aucun cas invalider, nier, la « nature » sociale, plutôt que sociétale, du mouvement. S’appuyer sur ces raretés pour disqualifier le mouvement masque la volonté féroce (du néo-christianisme) d’empêcher la lutte pour une transformation sociale contre la misère et la subordination au capital.

    C – Quand Aude Lancelin essayait (et échouait en apparence) … d’assurer l’égalité homme-femme dans le débat GiletJaunien de la soirée. Eh oui, l’égalité ne se décrète pas. Cette femme qui a refusé la parole (au profit d’un homme qu’elle jugeait plus à même d’argumenter) a refusé d’être instrumentalisée comme « égale décrétée ». Bravo à elle. Elle a dû décevoir tout le Landernau féministe, mais ce faisant elle s’est sauvée comme personne autonome indépendante des pressions morales. Bon, c’est pas gentil pour Aude Lancelin ce que je dis là, alors que sa tentative était on ne peut plus légitime ; de plus sa gestion du refus a été on ne peut plus correcte et noble (elle n’a pas insisté).

    Merci pour cette bonne soirée.

    1. Ainuage dit :

      orthographe : « cours plus vite Charly »

  6. Ainuage dit :

    Je rajoute :
    D – l’infiltration des mouvements de protestation par les RG semble se faire dès le début des mouvements (voir les apparitions précoces chez les GJ des « belles » mmes Mouraud et Levavasseur).

  7. Ainuage dit :

    Merci pour ces liens très intéressants.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut