3

#8 – LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA SÉGRÉGATION

Dans ce nouveau numéro des Sujets qui fâchent, Gérard Miller reçoit Gérard Pommier autour du thème : Les neurosciences au service de la ségrégation.

Les difficultés dans l’acquisition des savoirs sont bien davantage liées à des questions sociales et familiales que neurobiologiques. Alors qu’il n’y a aucune preuve génétique des difficultés d’apprentissage, et que la parole des enseignants et des sociologues devrait être entendue en priorité, le ministre de l’Education Nationale a installé un Comité scientifique dominé par des neuroscientifiques. Mais dans quel but ? Par Gérard Miller, avec le psychiatre Gérard Pommier.

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/user/login

⚠ Suivez-nous : Twitter : http://bit.ly/TwitterLeMedia Facebook : http://bit.ly/FacebookLeMedia Youtube : http://bit.ly/YouTubeLeMedia 👉 Rejoignez nos Socios pour aider à sous-titrer et traduire les programmes du Média : https://www.lamarmite.fr/lm

3 comments on #8 – LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA SÉGRÉGATION

  1. Ainuage dit :

    Merci à Gérard Miller pour ce sujet qui fâche vraiment excellent ! Tellement actuel ! Tellement grave !

    Oui, la science c’est formidable … lorsqu’elle ne se trompe pas, particulièrement lorsqu’il s’agit des sciences socio-psychologiques qui travaillent sur l’humain et ses comportements. Un individu, c’est pas une bagnole, ni un ordinateur !

    Plus que la science, c’est la démarche scientifique qui est importante. Les résultats scientifiques sont régulièrement remis en cause, ne serait-ce que dans leur domaine de validité (mais pas que). Démarche scientifique qui inclut une mise en débats contradictoires des observations, des expériences, des calculs et finalement des modèles, afin d’ouvrir la porte à la reproduction des observations, des expériences, des calculs et finalement des modèles, par d’autres scientifiques.

    Dans ce que décrit le professeur Pommier, on a l’impression que les résultats des recherches sur le comportement sont pilotés par l’amont cad par l’objectif de fournir à tout prix un modèle prévisionnel d’évolution des comportements à partir des comportements enfantins. Grave ! comme si les déterminants des comportements étaient uniquement génétiques cad invariables tout au long de la vie. Grave, car c’est alors, comme le dit le professeur, la fatalité d’un moment (fatalité située et datée) qui fixe notre « case » de destination, nos rails pour l’avenir. Fatalité réhabillée en prédestination «Protestante» pour assurer la paix des consciences des docteurs Folamour des comités scientifiques ! Profitons-en pour rappeler les liens historiques entre capitalisme et protestantisme (Marx-Engels affirmant que le capitalisme en développement avait engendré le protestantisme au XVI ième siècle, alors que Weber affirmait plutôt l’inverse). Bref, y’a des liens !

    L’identité et même la personnalité sont les produits permanents des rapports sociaux concrets dans lesquels l’individu est engagé, tout au long de sa vie. Une enquête longitudinale a montré que 40 ans plus tard, la personnalité d’un individu n’a plus grand chose à voir avec sa personnalité de jeunesse.

    C’est d’ailleurs dommage car ça aurait permis de prévoir à l’avance « qui » deviendra « neuroscientifique » ! on pourrait alors agir en amont ! les neutraliser au berceau, quoi !!!!! ah! ah!

    1. Ainuage dit :

      à la 9ième ligne, grosse bourde de ma part : il fallait lire « pilotés par l’aval » et non pas « par l’amont » bien entendu.
      C’est dommage que l’éditeur de commentaires ne permettent pas de corriger le contenu des commentaires (c’est pourtant basique sur de très nombreux forum).

      1. Ainuage dit :

        … ne permette pas …(pfff, vite un nouvel éditeur de commentaire)

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut