6

#4 – Les Noirs n’existent pas

Jeudi 10 mai 2018 à 20h45

Dans son dernier livre, Tania de Montaigne explique qu’aujourd’hui on ne dit plus « Race », on dit « Origine ». Mais le principe est le même. 

Tania est née à Paris, elle possède une carte d’identité française, tout comme sa mère, ses grands parents, ses arrière grands parents, ses arrière-arrière-grands-parents, et pourtant il ne se passe pas un jour sans qu’on lui demande d’où elle vient. « Dis-moi, tu es de quelle Origine ? ». Elle sait que cette question n’est liée qu’à sa couleur puisque les gens qui la lui posent le font sans la connaître, en général tout de suite après « bonjour » ou parfois même avant. Et la conviction qui sous-tend cette entrée en matière, c’est que les Noirs, les Noirs avec une majuscule, existent et font tous partie du même « Groupe humain ».

Dans ce nouveau numéro des Sujets qui fâchent, c’est donc l’universalisme qui est en jeu et le combat contre toutes les formes de racisme et d’assignations.

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/user/login

6 comments on #4 – Les Noirs n’existent pas

  1. TAMARIS dit :

    Très intéressant et très juste de faire la différence entre la minuscule et la majuscule et ce qu’on peut en tirer pour vivre mieux.
    En revanche la question de l’origine n’est pas clairement (si j’ose dire) le signe d’un racisme inconscient si on la pose : les départements dits « d’outre mer » ont une histoire. Elle est ce quelle est. Et on peut demander à un Français qui y a ses racines quelle est son origine, si on le rencontre à Paris, sans pour autant manifester par cette curiosité un racisme larvé quel qu’il soit. De la même façon, je demande à un occitan rencontré installé à Parsi de quel coin il est originaire, si son accent me révèle qu’il n’est pas titi parisien… Faut faire gaffe aux étirements de nos réflexions surtout quand elles sont particulièrement judicieuses. Tout cela montre que beaucoup de temps doit couler sous beaucoup de ponts pour que l’Histoire atténue ses stigmates.

  2. Emma.SH dit :

    Pour apporter ma petite contribution à la conclusion je dirais avec Arthur Rimbaud « JE EST UN AUTRE », donc nous sommes des semblables différents , différents de moi et également comme moi……

  3. Emma.SH dit :

    Et sur un plan anthropologique l’homme ne représente qu’une seule race l’homosapiens puisqu »il n’y a plus de néandertal et autres races définies comme humaine, enfin il me semble : la couleur, la religion, et même l’origine d’un continent à un autre ne font pas « race ».

  4. M-R-V dit :

    En effet, s’interroger sur l’origine d’une personne n’est pas forcément synonyme de racisme. Des traits physiques, un accent, un nom peuvent faire supposer que l’on a un ou des ancêtres, proches ou lointains, venus d’ailleurs. (Il est des lieux du monde où la question de l’origine se pose pour toute personne nouvellement arrivée et où l’on identifie d’emblée quelqu’un à la lignée dont il vient.) Le problème, chez nous, c’est que la question de l’origine est souvent perçue comme ne se posant que pour certaines personnes (brunes de peau, aux yeux mongols, aux cheveux de vikings, au nom espagnol ou polonais…) alors qu’elle peut se poser pour tous: derrière cette question, il y a souvent l’idée qu’il existe des « Français de souche » qui sont français de toute éternité. Ce n’est pas la question qui fait problème, mais le mythe du Français de souche. Nous avons tous un ou des ancêtres venus d’ailleurs. Il n’existe pas, en France, de montagne, de désert ou d’île dans lesquels de petits groupes se seraient conservés hors de toute rencontre avec d’autres!

  5. Claudia1515 dit :

    C’est un sujet qui me parle. Combien de fois, les gens m’ont demandé mes origines. J’étais bien souvent la seule dans un groupe à qui l’on posait cette question. Et pourtant tout le monde à une origine géographique, social, culturel, etc. Je m’aperçois aujourd’hui que de cette question, je me suis inventée une origine. C’est dingue quand j’y pense ! En fait, sans m’en rendre compte je répondais exactement à ce que l’autre voulais entendre. cela devait le rassurer. Il pouvait ainsi m’identifier et par là même en déduire une tonne d’idées préconçues !

    je remercie Gérard Milleret Tania de Montaigne, grâce à eux, je connais mes origines 🙂

    ceci va paraitre sur mon blog le 1 er juin: https://blogentresoi.wordpress.com/

  6. muller.christelle dit :

    Merci pour cet entretien riche et intelligent.
    Je suis d’accord sur le fait que l’origine est devenue un mot clé de nos sociétés qui me semblent être un pendant ou plutôt d’une conséquence du racisme dans un langage puritain.
    Mais ce mot est employé de chaque côté d’une barrière invisible.
    Pour ma part, je suis blanche , de parents blancs et de nationalité française et souvent on me qualifie de kabyle et on me demande mon origine ou on me dit «  tu est de chez nous ». Cela me fait rire et ma réponse est toujours «  je suis matinée cochon d’inde«  ce qui interpelle. Puis je peux m’expliquer pour signifier que je suis multiple puisque issue d’une histoire longue faite d’invasions,de mélanges mais que je me defini comme française car c’est ma culture.
    Et oui nous avons tous , et heureusement, des questions décalées dont il faut savoir rire ou sourire.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut