17

#14 – ROBERTO NAVARRO

Aude Lancelin reçoit Roberto Navarro, journaliste argentin, évincé par le Président Macri et créateur de la chaîne El Destape pour l’Entretien Libre, 14e édition

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/devenez-socio

17 comments on #14 – ROBERTO NAVARRO

  1. TAMARIS dit :

    Juste une remarque de détail, car je ne peux qu’être absolument satisfait du contenu de cette discussion et de l’importance d’une telle rencontre -qui pourrait d’ailleurs se traduire par des échanges entre les deux médias, une sorte de jumelage actif par dessus l’Atlantique… Ce détail qu’il me faut je crois utilement déplorer, c’est la trop grande quantité de « heu… » qui ponctue et encombre la parole et gêne l’écoute. Il faut partir en guerre contre les « heu… heu…. et la gagner définitivement dans un monde où l’oralité qui lutte contre le tohubohu et la rumeur mensongère doit être fluide pour être efficace. Pensons par exemple à la fluide efficacité de Badiou, de Lordon ou même de Friot malgré son fréquent raclement de gorge. Supprimer les « heu… n’est pas difficile si on est bien conscient qu’une parole pleine est une « attaque à mots armés » comme disait le poète Jean Vasca…

    1. C’est vrai, mieux vaut prendre un temps de silence qu’une… euh… une hésitation marquée (pour nous tous, c’est sûrement un réflexe qui vient du fait que l’on ne se laisse que rarement parler, du coup le « euh » est un mécanisme de défense pour signifier « j’ai pas fini ma phrase me coupe pas la parole steuplé » mais effectivement dans un cadre respectueux comme Le Média il faut le déconstruire). Après, ce n’est pas non plus extrêmement grave, on peut en parallèle apprendre à l’accepter, ça fait partie du langage, comme le fait de parfois perdre le fil et de ne pas être aussi bien structuré par l »écrit.

    2. Ainuage dit :

      Franchement je ne comprends pas cette remarque tellement en deçà de ce qui se joue, de ce qui se dit. L’appel à l’esthétisme de l’énoncé (accompagnée de la rituelle et classique félicitation qui précède ou qui suit une vacherie) vise à sélectionner certaines catégories sociales. Faut-il imiter bêtement les mainstream ? En plus au nom d’une soit-disante efficacité. On se croirait dans les formations de « prise de parole en public » destinée aux managers d’entreprise. Le management ! navrant ! macronant !
      Pour ma part, je ressens exactement le contraire. L’énonciation d’Aude avec ces quelques « euh » dont aucun n’est identique à l’autre possède une vraie esthétique; c’est cohérent avec ces mimiques qui témoignent de sa hargne froide. Tout ce non-dit parle, parle beau, parle fort, parle juste, parle vrai : cela participe au caractère incisif de l’énoncé et fait le charme unique de ce « tout » nommé Lancelin.

    3. espoir40 dit :

      je soutiens Aude Lancelin dans son travail de journaliste et je me moque des « heu » .
      Ce qui compte avant tout c’est le contenu et non la forme et je ne doute pas un seul instant qu’avec le temps son expression orale progressera mais ce n’est pas la priorité du moment. Le trac peut désarmer n’importe qui ,donc un peu d’indulgence.
      Il faut aller sur d’autres chaines pour se rendre compte que les »heu » sont aussi dans la bouche de professionnels autrement plus expérimentés habitués à parler devant une caméra entrainer à porter la bonne parole des dominants mais par ailleurs tellement médiocres…sur le fond. Ils ne sont pas à prendre en exemple.
      J’encourage Aude Lancelin et l’invite à garder son naturel,sa spontanéité et son authenticité.
      Enfin le choix des invités que je trouve judicieux car nouveaux dans ce paysage médiatique ainsi que les sujets traités me permettent de d’enrichir ou de conforter mes convictions. Quand je constate que la situation en Argentine ressemble à celle de la France ,alors que je l’ignroiais ,j’ai des sueurs froides dans le dos.
      Merci Aude ,il faut persévérer et aller de l’avant

  2. Papi Hibou dit :

    Papi-Hibou

    Merci Aude c’est mieux que Mermet !

  3. Voilà une initiative digne de combat à l’époque de camus.
    il m’arrive de penser que nous sommes en guerre , mais de qu’elle guerre il s’agit ?
    j’ai de nombreux abonnements t pour fracasser ce mur dans lequel on veut nous enfermer comme au temps des camps de prisonniers captifs d’un univers clos . Cette ouverture vers d’autres mondeset cultures m’enthousiasme voilà une idée généreuse et fertile .
    C’est donc d’autres forces que nous construisons . il faudra que vous pensiez les prochains étés à participer à des festivals , pour faire connaitre votre plateforme .Merci à vous j’admire votre détermination et vos couleurs politiques clairement affichées sonnent comme une force nouvelle dans ce paysage affligeant. Pourquoi changer ce monde ? n’est il pas plus intéressant d’en construire un autre auquel s’agrégera peu à peu tous les déçus de ce rêve américain qui coûte la peau des fesses !! mais avions nous vraiment les même rêves que les américains?

  4. De nouveau un grand moment de journalisme, merci beaucoup 🙂

  5. Les euh ou les eufs? Je n’ai entendu que l’omelette qui va arrivée…Continuez car c’est bien, pour moi avec ou sans eux…

  6. noilhaguet dit :

    Un enchantement les interviews dE Aude Lancelin avec tout d’abord un choix judicieux des intervenants mais aussi une conduite de l’entretien remarquable : des questions pertinentes , le respect de l’invité qui peut exprimer sa pensée sans être sans cesse interrompu ce qui est extrêmement rare dans les médias traditionnels et c’es une vraie différence. Une découverte aussi quand l’intervieweuse devient l’interviewee. Vous devriez donner plus souvent votre avis pourquoi pas éditorialiste ? Et puis les « eu »on s’en fout. Le beau timbre de la voix compense largement
    En tout cas bravo le média continuez on vous soutient

    1. Ainuage dit :

      C’est sûr qu’on s’en fout des « Euh ». Tamaris doit être prof !!!!

      1. eric mahuet dit :

        je ne suis pas d’accord avec vous. les euh peuvent gener et pas que les profs…(dois je prendre ce qualificatif pour une insulte?). En meme temps ils ne m ont pas plus choquer que les fameux doublement du sujet façon hollande…comme quoi…allez bonne soirée a tous.

        1. Ainuage dit :

          Ce qui se joue ici c’est autre chose que la forme. De plus j’exprime mon désaccord sur le fait que ça gêne : perso je trouve que les Euh témoignent d’un engagement, d’un effort de la pensée dans des chemins difficiles et je trouve cela touchant et beau. L’esthétique n’est pas toujours du côté qu’on croit. Cette critique des euh relève d’un esthétisme figé, abstrait, scolaire, qui sépare de façon étanche le contenu et la forme du discours. Les profs réagissent beaucoup trop souvent en « correcteurs », en « sachants » , et ce au regard de leur référentiel scolaire qui s’adresse à des élèves qui n’ont pas d’autres enjeux que la note : en cela les profs sont chiants (mais pas tous bien sûr). Entre un prof de grammaire et un prof de linguistique il y a un monde, et je préfère le linguiste qui est beaucoup plus ouvert.

  7. Je viens de réécouter Aude Lancelin, je pense qu’elle était fatiguée pendant cette interview, elle cherchait ses mots…ou est-ce le charme de son invité qui lui a fait perdre sa parole…
    C’est fort bien Aude, continuez à chercher ces relations avec les autres journaux libres comme Lemédia, nous n’en serons que mieux informés sur l’Amérique latine. ..et prenez soin de vous.
    correction: l’omelette qui va arriver.

  8. Robert Forte dit :

    Aude Lancellin fait montre de compétences et tient bien sa place dans cette équipe de LE MEDIA .

    Je n’apprécie pas Guillaume Erner quand sur France Culture le matin, il coupe constamment la parole aux invités …quel manque de respect !
    Les journalistes parlent à leur tour comme les invités et l’auditeur est assez grand pour se faire une opinion dans ces débats .

    En tout cas bravo à ces journalistes de ce nouveau moyen TV, qui se lancent dans une aventure difficile , prometteuse et tellement citoyenne !

  9. YVES.D dit :

    Excellent, cet échange avec Roberto Navarro est rafraîchissant. L’idée d’ouvrir des formes de coopérations internationales me plait beaucoup. Nous avons énormément de choses à apprendre les uns des autres, c’est une richesse culturelle à explorer. Pour ce numéro le format m’a semblé court, la fin tombe comme une porte qui claque, elle surprend. Un million de visiteurs sur la chaîne de Roberto Navarro, çà laisse songeur. Ce qui est possible en Argentine doit être faisable en France, et j’imagine bien le poids politique que peut peser Le Média avec autant de visiteurs…..En tout cas, on est sur la bonne voie, avec du travail de qualité !

  10. Emma.SH dit :

    bravo c’est la convergence des journalistes, il y a la convergence des oppositions européennes et le flot des révoltés, des insoumis, c’est la marée qui arrive doucement sans faire bruit comme un tsunamis, ça frémit…..

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut