1

#26 – MACRON OU L’ORGIE DES ULTRA-RICHES – MONIQUE PINÇON-CHARLOT

 

L’enquête des Pinçon-Charlot, « Le Président des riches », paru en 2010 est sans doute un des coups symboliques les plus rudes qui aient été porté à la présidence de Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui le célèbre couple de sociologues publie « Le Président des ultra-riches », un livre qui ne contribuera pas à réconcilier les Français avec Emmanuel Macron, en pleine crise des Gilets jaunes. « Chronique du mépris de classe sans la politique d’Emmanuel Macron », est-il sous-titré. Ils y détaillent le parcours du « leader des marchés libres » comme l’avait surnommé le magazine Forbes, et les renvois d’ascenseurs constants en direction des plus nantis de ce Président choisi par la caste pour servir la caste. La démonstration est féroce, implacable. Par Aude Lancelin

Cette émission est également disponible en podcast :

 

👉 Soutenez Le Média : http://soutenez.lemediatv.fr/
👉 Exigez l’amnistie des gilets jaunes : https://amnistiegj.fr/
👉 Rejoignez nos Socios pour aider à sous-titrer et traduire les programmes du Média : https://www.lamarmite.fr/lm

 

One comment on “#26 – MACRON OU L’ORGIE DES ULTRA-RICHES – MONIQUE PINÇON-CHARLOT

  1. Xavier_Malard dit :

    Bon alors très bien comme d’habitude un entretien qui ravigote, mais j’ai quand même besoin de râler un peu.

    Pour la seconde fois, j’entends des personnes que pour le reste j’apprécie grandement faire l’éloge de Christian Eckert dans le cadre de son bouquin « un ministre ne devrait pas dire ça »:
    Denis Robert d’abord qui dit volontiers être un bon copain de l’individu.
    Et aujourd’hui Monique Pinçon-Charlot.
    Un peu de cohérence ne nuit pas.

    On parle bien de Christian Eckert.
    C’est à Christian Eckert que l’on doit, par un procédé tout à fait inédit, l’absence de loi sur la transparence des finances des entreprises.
    La loi qui aurait permit de faire connaitre l’impôt acquitté par les entreprises au sein de l’Union Européenne et qui était passée à quelques voix près.
    Eh bien Christian Eckert l’a fait revoter en convoquant des strapontins à l’Assemblée Nationale, la nuit même, de toute urgence, afin qu’elle ne soit finalement pas adoptée.

    De telles confessions ont moins à voir avec les conviction profondes d’un scélérat et beaucoup plus avec l’ambition de se refaire à bon compte une virginité.
    Les confession d’un authentique « social traitre » du gouvernement Hollande, jeté sur le bas côté de la Macronie revêtent certainement un intérêt académique, mais au même titre qu’un Jean François Copé qui commit un jour un ouvrage intitulé « promis j’arrête la langue de bois ».
    Des gens comme cela ne sont pas la solution: ils ont activement façonné le problème.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut