1

LE SCANDALE ASCOVAL ET LE PATRIARCAT CAPITALISTE

Au programme de l’Autre 20h présenté par Yanis Mhamdi :

⏩ ASCOVAL : LE FLORANGE DE MACRON ?
Empêtré dans une partie de poker menteur avec British Steele, le gouvernement français ne sait plus comment sauver Ascoval. Serge Faubert est allé consulter l’avis des députés à ce sujet.

⏩ LES MILITANTS IMPRIMENT LEUR MARQUE
Pour sa deuxième chronique, Sarah Al-Matary revient sur l’importance du langage dans les luttes, et son appropriation par les militants, les marques et la publicité

⏩ COMMENT LE CAPITALISME A ASSERVI LES FEMMES
Pour cet épisode de la Grande H, Julien Théry reçoit Sylvia Federici. Elle nous raconte comment le passage à un monde capitaliste a eu pour conséquence d’inféoder les femmes à leurs pères et leurs maris.

One comment on “LE SCANDALE ASCOVAL ET LE PATRIARCAT CAPITALISTE

  1. Ainuage dit :

    Ne retrouvant plus, ni sur You Tube ni sur le site du Média, le 20h consacré à la présentation des orientations à venir et à la présentation du personnel du Média, je poste ici (c’est encore vachement le bordel sur ce site : des émissions disparaissent du site du Média comme la Grande H consacrée à Hildegarde de Bingen ; quel foutage de gueule envers les sociaux qui financent tout de même un peu ces émissions ! Bon, laissons le pouvoir au management, qui tient dans ses mains l’avenir du Média !! ).

    Voici mon post.
    La conclusion essentielle de cette présentation c’est que Le Media souhaite, par la volonté de D. Robert (« je veux faire ceci, je veux faire cela, … »), devenir un Média de distraction, certes impertinent et vaguement à gôche, mais cependant anti-marxiste au profit d’un libéralisme sociétal moderniste. Le style managérial « décontract sympa » de DR (style quasi incontournable dans ces milieux de gôche mi-caviar mi-sardine : gôche poisson, quoi !) a l’air de plaire aux salariés, plutôt djeun’s et débutants ; néanmoins cette espèce de tour de table donnant à chacun la parole (là aussi c’est un incontournable de la gôche poisson, pour faire croire à un management participatif)(néanmoins DR dit toujours « je veux faire ceci, je veux faire cela …. ») est plutôt difficile à vivre, entre les spécificités personnelles exprimées (parfois bizarres ou bizarrement exprimées), et les consignes prescrites (appel aux dons financiers). Si je peux me permettre une préférence journalistique, dans le style et dans le fond, elle irait à Serge Faubert : depuis lui, le Bourbon ne nous donne plus le bourdon (je sais pourtant les rapports tendus entre lui et la précédente direction du Média, précédente direction que je soutenais).
    Bon, Le Média actuel est tout de même encore politiquement mieux que les abjects L’Obs, Le Monde, Libération, mais moins bien que le Monde Diplomatique.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut