1

L’ASSURANCE-CHÔMAGE EN PÉRIL, LES URGENCES AU BORD DU CHAOS, LICENCIEMENTS CHEZ ACTIVISION BLIZZARD

L’ASSURANCE-CHÔMAGE EN PÉRIL, L’UNION CONTRE LA PRIVATISATION D’ADP

Serge Faubert décrypte la dangereuse réforme de l’assurance-chômage que prépare le gouvernement. Il nous parle également du meeting unitaire en faveur du Référendum d’Initiative Partagée (RIP) concernant la privatisation d’ADP, les Aéroports De Paris. Enfin, il revient sur l’actualité des Républicains et leur quête d’un nouveau chef.

L’ASPHYXIE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS, LES URGENCES AU BORD DU CHAOS

Les conflits se multiplient dans les établissements hospitaliers et se cristallisent autour des urgences. Les professionnels de la santé dénoncent les suppressions de postes, la faiblesse des salaires et les conditions de travail. C’est notre dossier.

LICENCIEMENTS CHEZ ACTIVISION BLIZZARD : LES TRAVAILLEURS DU JEU VIDÉO EN LUTTE

Irving Magi reçoit deux syndicalistes de Activision Blizzard King, l’une des entreprises leaders du jeu vidéo. À l’origine de jeux comme World of Warcraft, Diablo, Starcraft ou encore Overwatch, la société prépare un plan social afin de licencier 130 personnes en France.

One comment on “L’ASSURANCE-CHÔMAGE EN PÉRIL, LES URGENCES AU BORD DU CHAOS, LICENCIEMENTS CHEZ ACTIVISION BLIZZARD

  1. Ainuage dit :

    Sur l’actualité écologique.
    Ca y est, EELV vient d’accéder à l’état suprême de « Melon bio ». La graine plantée lors des élections européennes a crû, fertilisée par l’engrais 13% (marque Jardiland). Les effets hallucinogènes du « melon bio » sont évidents, tout comme ceux du hachisch très prisé chez eux. Ca bout dans les « cafetières » des écolos, petits et grands : la fumée sort par les oreilles.
    Que raconte-t’elle en ce moment la communauté EELV ? Jadot et Coulombel pissent le melon bio par tous les trous; les adhérents et adhérentes font de même et nous sommes inondés de la bio-pisse des petites et moyennes bourgeoises, des petits et moyens bourgeois d’EELV. En même temps, les barrières tombent, et la nature profonde de cette secte se révèle. Ils prétendent tout transcender y compris les rapports sociaux cad la matérialité de la vie. Leur seule « raison » c’est la simple nature naturante, et la nature c’est Dieu (ce qui rappelle bougrement Spinoza, ce philosophe très à la mode actuellement. Aparté : certes ce philosophe est intéressant, mais d’ici à le magnifier comme actuellement, bof, bof : ses histoires d’affects, qu’il semble essentialiser, sont ridicules. Un homme magnifique comme Lordon en fait tout un fromage : bizarre!).

    Revenons au staff d’EELV.
    Coulombel et Jadot :
    « A EELV, nous accueillerons toutes les tendances politiques, de droite comme de gauche » (sous-entendu RN aussi, bien que là, ils essayent « en même temps » et tactiquement de piquer ce jouet à Macron, en tant que repoussoir qu’eux seuls pourraient vaincre).
    » A l’avenir, nous ne ferons aucune concession et aucune alliance de circonstances avec d’autres partis ». Bon, là, les anciens alliés étiquetés « gauche » sont cocus. EELV souhaite piquer les sympathisants des autres partis, mais récuse les alliances de parti (ça prouve au moins qu’ils ont compris que les opinions c’est complexe et malléable, et que ça peut se travailler idéologiquement, contrairement aux situations sociales réelles – par exemple celles des GJ – imperméables à l’idéologie.
    Trahir sans vergogne a toujours été une pratique d’extrême droite (voir l’histoire du parti Nazi, très attaché lui aussi à la santé des corps et à la nature). Le vrai projet d’EELV c’est de développer un capitalisme écologique, cad de maintenir une contradiction en état, alors que toute contradiction est, par nature, destinée à la négation. Socialement parlant, ils sont d’extrême droite (le capitalisme est leur avenir), et sociétalement parlant il serait de gauche : « modernité » des moeurs et écologie –> pour ceux qui croient que l’écologie est de gauche (remarquons en passant que leurs ambitions écologiques sont minables, par rapport, par exemple, à la FI).

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut