4

LA FI DERNIER SOUTIEN DES GILETS JAUNES, ENTRETIEN AVEC UN FICHÉ S

L’Autre 20 Heures, c’est le rendez-vous d’info quotidien de Le MédiaTV. Editos, décryptages, chroniques et entretiens garantis 100% sans langue de bois.

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/devenez-socio

4 comments on LA FI DERNIER SOUTIEN DES GILETS JAUNES, ENTRETIEN AVEC UN FICHÉ S

  1. Ainuage dit :

    Enfin une information intéressante sur les fiches S, sur leurs enjeux et sur leur arbitraire.

  2. Ainuage dit :

    Ces fiches S au fond visent à ficher les individus politiquement contestataires et violents.
    Le souhait du libéralisme, c’est de renforcer l’opposition pacifique : des défilés et des mots. Ce libéralisme possède des spécialistes de la confiscation des mots (sinon des défilés), cad des gens capables de reprendre exactement les mots des revendications et de leur faire dire tout autre chose que ce qu’ils voulaient dire, puis, sur cette base falsifiée, de répondre aux revendications, provocants ainsi confusion et sidération chez les contestataires (voir G Orwell).

    En gros, ils s’agit d’instrumentaliser et de neutraliser (sans les interdire) les manifestations de contestations, cad d’en faire des choses; planifiables, intégrables dans un plan de changement uniquement piloté par l’économie. Le vieux rêve d’Auguste Comte de résoudre scientifiquement les antagonismes sociaux (à travers sa prétendue philosophie positive (= Positivisme)) ressort étonnement et en catimini, sous une toute autre forme.

    Contrairement à la violence économique et juridique (derrière le Judiciaire, il y a les casques à pointes de l’Exécutif) que le libéralisme maitrise totalement, la violence sociale des contestataires, elle, est difficilement maitrisable. D’où le problème : ça dérange la planification technocratique de la convergence Libérale. « Peace and Love » tel est le mot d’ordre « humaniste » du libéralisme; « Guerre et Haine », tel est son mot d’ordre économique. « Guerre et Haine » à travers l’Apartheid social qui s’installe en France; le cloisonnement économique et physique des classes sociales est exponentiel. Comme à Johannesburg, les chiens policiers et les blindés apparaissent dans les manifestations. Pour mater les nouveaux « Noirs », les « Pauvres ». Les jeunes et vieux chiens de garde politiques ne suffisent plus, il faut des vrais chiens. Des vrais chars d’assaut.

  3. d.chanteloup-dupret dit :

    A propos de « La FI dernier soutien des Gilet jaunes », peut-être que je n’ai pas bien compris… mais il me semble que le PS n’a pas lâché les Gilets jaunes. Laurent Faure dit juste qu’il ne peut pas décider à leur place de ce qu’ils doivent faire. Ce qui est plutôt respectueux de leur volonté de ne pas être récupérés par les partis politiques. Qu’en est-il du parti communiste et des autres petits partis? Et des autres partis de gauche ou de droite comme celui d’Asselineau, par exemple, qui ne sont pas représentés à la Chambre?
    Ce n’est pas le moment de faire cavalier seul. Pour sauver la démocratie, nous avons besoin de tout le monde !!!

    Il y en a marre des bagarres de partis politiques. Si tous les partis étaient représentés à part égale dans L’Assemblée, les députés ne voteraient pas uniquement pour les idées de leur parti mais pour celles qui leur semblent les meilleures pour le pays , d’où qu’elles viennent. Et ainsi, toutes les voies auraient une chance de se faire entendre. C’est important car les bonnes idées ne viennent pas forcément de ceux qui sont les plus nombreux. Bien sur , il faudrait donner le moyen à tous les Français , même ceux qui ne font pas parti d’un parti politique, de proposer des lois et de les faire voter …

    1. gerard.colliat dit :

      Vous en avez entendu beaucoup d’autres, à part la F.I., souhaiter que le mouvement continue et voir une telle osmose entre les demandes des G.J. et le programme de la F.I. aux dernières présidentielles ?
      Il ne s’agit pas de bagarre entre partis, mais de la simple réalité. Il s’agit d’en tenir compte, pour éviter de s’emballer dans une impasse prévisible.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut