6

GILETS JAUNES : LE RALLIEMENT DES QUARTIERS, VERS LA GRÈVE GÉNÉRALE, L’HISTOIRE DES RÉVOLTES

L’Autre 20 Heures, c’est le rendez-vous d’info quotidien de Le MédiaTV. Editos, décryptages, chroniques et entretiens garantis 100% sans langue de bois.

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/devenez-socio

6 comments on GILETS JAUNES : LE RALLIEMENT DES QUARTIERS, VERS LA GRÈVE GÉNÉRALE, L’HISTOIRE DES RÉVOLTES

  1. gpkober dit :

    Bonjour,

    Je n’arrive pas à retrouver « L’autre 20h » de jeudi 06 décembre.
    Il était particulièrement intéressant: vision interne des forces de l’ordre.
    Merci de faire le nécessaire.
    Et bon courage.

  2. Ainuage dit :

    Bravo pour ce sujet du ralliement des quartiers (qui pour l’acte IV ne semble pas très probant, mais l’important était d’essayer et d’en donner une vision).
    Personnellement ce qui me fait souci c’est le ralliement d’Europe Ecologie Les verts ; ca a vraiment mal commencé de leur part, ce qui, venant d’EELV ne m’étonne pas :
    – Au début, avec Hamon, ils ont critiqué l’antifiscalisme des Gilets Jaunes, ils ont dits : « des beaufs » et même « des poujadistes » avec Cohn Bendit.
    – Ils démarrent leur engagement d’hier, en critiquant Mélechon qui n’appellerait pas assez clairement, selon eux, à une manifestation « pacifique » (il est vrai que la base sociale des Verts n’est pas du tout ouvrière et ne souffre pas du manque d’argent : ce sont très majoritairement des bobos ou des bébés hautement diplômés : même base que PS, Hamon, mais pas du tout la base des Gilets jaunes). Ils ne souhaitent que parfaire leur douceur de vivre actuelle en rajoutant aux papillons l’écologie et les vélos électriques).
    – Mélenchon s’est impliqué dès la première heure, Les Verts s’engagent à la 11ième heure; après les premiers heurts et premiers reculs du gouvernement (retraits des taxes). Retraits obtenus après les manifs dans le style de celles qu’on a vues (pacifiques ?).
    – Leur manif d’aujourd’hui profitent assez honteusement de la manif Gilets Jaunes, et d’ailleurs ils ne viennent pas soutenir les Gilets Jaunes, mais « promouvoir la transition énergétique », ce qui fait d’eux, dans les circonstances actuelles concrètes, des soutiens objectifs à Macron puisque que le motif et la justification de la punition fiscale de Macron était justement la « transition énergétique ». D’ailleurs dans les interviews en live de la manif, aucun Gilet Vert n’a demandé la démission de Macron, alors que la demande était absolument générale chez les Gilets Jaunes (à vérifier car j’ai raté 1,5 heure de live).
    En bref, pour les Verts, le social (cad la lutte contre l’exploitation) est très secondaire.

    1. Paulo Lebrun dit :

      Ainuage, je suis un peu surpris par ton commentaire. D’une part, défendre la transition écologique n’est pas une idée uniquement lié à Macron (elle lui est indépendante), le programme de la France Insoumise traitant par exemple cette question de façon prioritaire avec la planification écologique (voir l’avenir en commun) ; d’autre part, défendre seulement le pouvoir d’achat en méconnaissant la question écologique a pour corollaire la non contestation du système actuel de production, de consommation et surtout de prédation tant écologique qu’humaine. Le programme de LFI souligne la nécessité de partage réel des richesses ET la nature des efforts à réaliser pour sauver une planète actuellement détériorée par le capitalisme. Ainsi, par exemple, la méthode de transition que revendique Macron ne cherche qu’à maintenir les lois du marché et la liberté des financiers, d’où la suppression de l’ISF, et l’la part de plus importante

      1. Paulo Lebrun dit :

        JE TERMINE ET CORRIGE LA FIN DE MON COMMENTAIRE ENVOYÉE PAR ERREUR..
        Donc : MACRON C’EST MAINTENIR LES LOIS DU MARCHÉ … ; c’est aussi préserver l’ordre social actuel (classes dirigeantes identiques, exploitation du prolétariat notamment en supprimant les protections existantes, privatisation des services publics ; etc…). D’OÙ la part de plus en plus importante des taxes (que supportent plus fortement les classes laborieuses compte-tenu de leurs niveaux de revenus), et la baisse de l’impôt progressif sur le revenu (qui ne représente plus qu’un léger quart des recettes de l’État). Ce ne sont là que des exemples. Macron détourne l’idée de la transition écologique car c’est son rôle de représentant des possédants. Mais la transition écologique reste une nécessite : lisez l’avenir en commun !

      2. Ainuage dit :

        Salut Paulo. Tu te méprends sur le sens de mon texte : je suis tout à fait favorable à l’écologie et connait parfaitement le programme de la FI. Mais je regarde et distingue les différents « défenseurs  » de l’écologie. EELV n’a pas de véritable programme social (il sous-traite cela à Hamon ou au PS et bientôt au PC qui, avec son nouveau secrétaire, parle comme le Pape François : « dialogue avec tous et paix dans le monde »). Pour EELV c’est d’abord l’écologie, alors que je ressens chez la FI une orientation sociale prioritaire. De Plus EELV met dans son sigle même l’Europe avant l’écologie, ce qui est tout de même très significatif lorsque l’on voit que l’Europe n’est et ne peut être que libérale, et que cette Europe libérale impose à la France de privatiser ses barrages hydrauliques. EELV soutient l’Europe alors que l’Europe a été rejeté par référendum par les français; EELV est un soutien à l’appareil libéral qui va capitaliser sur l’écologie (capitaliser voulant dire exploiter les salariés).

        L’écologie en tant que revendication est transversale à toutes les classes (je n’ai encore jamais rencontré quelqu’un qui se dise contre l’écologie) et c’est pour cela que des malins ont décrit notre ère géologique par le terme « anthropocène » (Anthropo = l’Homme ; le désastre c’est la faute de l’Homme, cad tous les hommes indifférenciés, le genre humain, cad tous coupables car tous consommateurs). La majorité des militants (la base sociale) de EELV sont des privilégiés, actuels ou futurs : ils peuvent se donner bonne conscience par une consommation « propre » (vélos de « route » électriques + vélos de « chemins » électriques aussi, pour monsieur et madame (ça fait 4 vélos électriques pour un couple)), ils achètent des voitures électriques, des cheminées électroniques à granulats etc … Mais, les gilets jaunes n’ont tout simplement pas de vélos du tout car ils habitent loin du lieu de travail (loyers moins chers) et ne peuvent même plus payer l’essence et tout simplement boucler les fins de mois.
        La FI désigne le système libéral actuel comme responsable du désastre économique car c’est ce système qui propose les produits sur le marché et qui maitrise les process de fabrication, ainsi que les salaires minimums des ouvriers ou artisans sous-traitants de dernier niveau qu’il fait travailler.

        Je fréquente nombres de « bourges » (par nécessité) : tous sympathisants écologistes et très engagés dans l’écologie comportementale (acheter les « bons » produits, avant tout pour leur petite santé personnelle, leur petit corps chéris. Ils consomment aussi beaucoup de produits de développement personnel pour améliorer leur petit esprit chéri et pour être plus performant pour leur petit patron et mieux faire travailler leurs petites équipes. Quand ils parlent des gilets jaunes, ils disent « braillards », « ivrognes », « antifiscalistes » (voir Hamon), « poujadistes », « bien assez de frics pour se payer des merguez sur les ronds points ». EELV n’a pas d’identité sociale; ses dirigeants sont de droite et de gauche au gré du vent (Hulot parfois, Cohn Bendit aussi à une époque (maintenant grand soutien de Macron), tous profondément antipathiques et faux-jetons à mes yeux.
        Pour rester bref, pour moi, aucun parti écologique n’est acceptable s’il ne met d’abord la question sociale en priorité (analyse sociale et politique et solutions qui en découlent), et s’il ne désigne pas le système libéral comme premier responsable de la catastrophe écologique.

        La difficulté qui vraisemblablement fragilisera LeMédia en permanence, c’est la contradiction social/sociétal cad approche par les classes sociales versus approche par le genre humain.

        1. Paulo Lebrun dit :

          Ton dernier commentaire dissipe le doute qui m’avait envahi ! Même si ta condamnation des partis écologiques me semble un peu exagérée sur leur élitisme revendiqué. Compte-tenu de l’urgence climatique, de leur conscience à ce sujet et, je veux croire, de leur bonne foi, il n’y a pour moi aucun doute qu’ils seront forcés de changer de positionnement. Mais, là-dessus, je suis peut-être trop optimiste. Amicalement.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut