« L’histoire avec sa grande hache » : l’écrivain Georges Pérec, avec ce jeu de mots, a désigné ce qui a tranché dans son histoire personnelle en le privant de ses parents dès l’enfance. La grande hache de l’histoire, c’est la puissance en apparence inexorable des événements, des conditions sociales et politiques. Et c’est aussi la force du passé dans le présent, sa puissance à déterminer le cours de nos vies.
Avec cette émission, Le Média vous propose de nous tourner vers le passé, récent ou plus éloigné, en compagnie de celles et ceux qui l’explorent et qui le font connaître. Ce sera toujours aussi se tourner vers notre présent. Ce sera voir, à chaque fois, en quoi notre temps diffère des autres. Et saisir en quoi, souvent, il reste conditionné par l’histoire. Pour apprendre, peut-être, à mieux parer les coups de « la grande H. ». 

à la une

LA GRANDE H : UNE HISTOIRE POPULAIRE DE LA FRANCE – GÉRARD NOIRIEL

Julien Théry reçoit Gérard Noiriel, pour la première édition de La Grande H

Gérard Noiriel est l’un des principaux historiens des milieux ouvriers et de l’immigration en France depuis de la fin du XIXe siècle. Ce chercheur de l’École des hautes études en sciences sociales est aussi l’un des fondateurs de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Il a notamment retrouvé dans les archives l’histoire oubliée du clown Chocolat, alias Rafael Padilla, cet esclave cubain qui dans les années 1880 devint le premier artiste noir en France. Roschdy Zem a tiré en 2016 du livre de Gérard Noiriel le film Chocolat, avec Omar Sy dans le rôle titre, qui a eu plus de 2 millions de spectateurs dans les salles.
L’historien Julien Théry, qui anime La grande H., la nouvelle émission d’histoire du Média, a choisi pour la première émission de donner la parole à Gérard Noiriel, à l’occasion de la sortie de son nouveau livre : Une histoire populaire de la France du XIVe siècle à nos jours, aux éditions Agone. Une « histoire populaire », explique Gérard Noiriel, ça n’est pas seulement une histoire qui adopte le point de vue de ceux d’en bas. C’est plus largement l’histoire générale des relations de domination entre, d’un côté, les différentes groupes qui représentent les élites, et de l’autre les classes « populaires ». À la lumière de son travail d’historien de la société française, Gérard Noiriel aborde notamment les difficultés récentes de la gauche. Il revient en particulier sur la façon dont une partie des élites politiques s’efforce, depuis la fin du XIXe siècle en réalité, de substituer les questions identitaires et « raciales » à la question sociale.

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/devenez-socio

Faire défiler vers le haut