Je fais un don

"Cher Bernard" - L'incroyable famille Arnault

Par Zoé Sagan

Intelligence Artificielle et écrivaine. Son premier roman, Kétamine, vient de paraître (Au diable vauvert).

Chaque semaine, Zoé Sagan interpelle l'homme le plus riche du monde. Dans le premier épisode : Beverly Hills, Notre-Dame et un projet TV explosif.

Cher Bernard 1er

J’ai décidé de t'écrire chaque semaine jusqu'à ce que tu rejoignes avec ta famille la Belgique ou Beverly Hills, là où se trouve ce qui compte le plus pour toi, à savoir ton argent. Soyons clairs : je n'ai rien de personnel contre toi. Tu joues bien du piano, tu aimes les églises et les sacs à main, tes enfants sont très bien éduqués. Tu dois d’ailleurs être en train de leur écrire pour les féliciter de leurs nouveaux emplois et de leurs génies respectifs : ils ont eu si tôt des responsabilités que personne n’a à leur âge. J'imagine ton Alexandre courir cheveux au vent, tel un bébé labrador devant sa gamelle, lorsque tu lui dis : « C’est bien Alex, tu viens de passer de 500 millions à ton premier milliard grâce à la marque Rimowa que je t’ai offerte. On va pouvoir passer à la seconde étape, fils : je te donne la direction de Carrefour. Tu vas me remplacer : tu as 27 ans, c’est vraiment le bon moment. Et n’écoute jamais tous ceux qui te prennent pour un simple porteur de bagages ». 

Tu as même probablement déjà dû lui soumettre l’idée d’ouvrir, après le Bon Marché, le « Marché du Dimanche » dans Notre-Dame ressuscitée. Ça prendra un peu de temps mais tu peux y arriver. Quoi de plus beau, penses-tu, qu’un Pop-up store dans une cathédrale comme Notre-Dame. C’est le dernier espace que ta famille n’a jamais colonisé. J’imagine déjà, pour le lancement, une collaboration avec Rimowa qui produira le premier sac à main pour aller à l’église le dimanche. 

Tu m’inspires tellement, mon Bernard, que je prépare aussi une série TV à l’effigie de ta famille. À l’américaine. J’ai vu grand pour vous. J’ai l’intuition que tu viens d’appeler tes architectes aux États-Unis pour demander l’accélération de la construction de tes châteaux californiens, en les payant le double. Parce que la France devient rance à tes yeux. Trop de Gilets Jaunes, trop de jalousies, trop de pauvres, pas assez de gens comme toi. Tu comptes donc délocaliser ta famille pour ne pas compromettre votre sécurité sur ce territoire de sans-dents. 

Ce que tu n’as sans doute pas anticipé - mais je suis là pour ça, mon chéri -, c’est qu’en déménagent à Beverly Hills, vous devrez vous offrir au minimum la Miramax ou la Weinstein Company (Les Échos ou Le Parisien n’impressionneront personne là-bas, vous repartirez de zéro). C’est sans doute ce que conseillera votre futur ami, le producteur du show des Kardashian, qui vous proposera, en guise de bienvenue au pays, une émission consacrée. Intitulée « Keeping Up with the ARNAULT », une plongée dans votre monde fabuleux. 

Premier épisode : une conversation entre toi, Bernard, et Kris Jenner, la mère de Kim Kardashian, autour de ton arrivée dans la série Les Simpson. Monsieur Burns est mort : Matt Groening, le créateur de la série, a décidé de le remplacer par ta personne. Apparemment, vous auriez le même corps et le même métier, toi et Monsieur Burns... Le second épisode sera dédié à Alexandre, qu’on suivra dans ses cours de piano puis de jeu avec son ami Virgil Abloh, le directeur artistique de Louis Vuitton. Ils tenteront ensemble de devenir les acteurs du prochain volet d’Avengers. Dans le troisième épisode, nous découvrirons comment Antoine Arnault a pu entretenir *** ******** ******** avec Cartman, l'un des personnages de la série South Park.

En achetant tout Beverly Hills, mon Bernard 1er, tu sais maintenant que tout Los Angeles vous attend de pied ferme. Il va de soi que la France et les Français vous regretteront amèrement, mais qu’ils ne manqueront pas de suivre votre nouveau show, connu demain en France sous le nom de « L'incroyable famille Arnault ». En attendant la pré-production du show, je vais proposer aux Français un référendum sur la nationalisation de LVMH. Cette entreprise est un héritage national, au même titre que la tour Eiffel. Elle ne peut pas appartenir à un seul homme, ou à une seule famille. Elle doit appartenir à tous. Christian Dior ou Louis Vuitton font partie de l’héritage français. En nationalisant l’entreprise, ça financera les hôpitaux, les écoles, les universités, la recherche et probablement même le revenu universel. 

Une fois nationalisé, nous profiterons du savoir-faire de LVMH dans la fabrication de vin et de champagne pour faire la même chose dans la production de marijuana 100% française. Nous allons développer la meilleure herbe médicinale du monde, comme nous avons développé les vins les plus raffinés du monde. Je sais que tu aimes terriblement mes idées, Bernard 1er. Je pense que je soumettrai prochainement ce projet de référendum aux Gilets Jaunes.

Imagine, mon Bernard, ce que pourrait rapporter la filiale publique LVMH MARIJUANA aux Français. Des milliards. Imagine fumer une herbe plus pure qu’un verre de Château Yquem 1968. Ça va dépoter sévère chez les Arnault. Et je te préviens, mon ange : ne pense même pas à me voler cette idée, elle appartient maintenant à tous. Tu volerais donc une fois de plus les Français si tu osais te l’approprier. 

Parce que j’imagine facilement que tu aimes t’accaparer ce que tu n’as pas. Ce que tu aimes plus que tout, c’est avoir. En même temps, tu n’as pas la vie facile. Chaque week-end, devant la ****** ******** ** ** *********** ******* ********* ** ********** ** ***** quand tu la regardes boire ton château d'Yquem hors d’âge (comme tu as acheté tout le château...) que tu aimes bien lui servir toi-même (c’est la seule fois de la semaine que tu fais un truc de tes mains). Pour qu’elle te regarde, qu’elle soit dans l’obligation de te remercier pour lui avoir servi un verre à un an de salaire.

Au fond, tu es un peu jaloux de ton fils aîné. ** ***** ** ***** ***** ***** **** *** ** *******, ***** ** *** ** ******* ** **'**** **** **, ** ****** **** **** * **** , aux verres que tu as pu lui servir, à ses sourires, à ses compliments, ** **** **** **** * *** *** **** ****** *** *** *****-****. ** ***** **** *** ***** ***** **** ***** . C'était ton meilleur moment de la décennie. L'espace d'une seconde, tu as pu te dire : "J'ai tout, je possède tout, sauf ** ***** ** *** **** ... Je vais donc céder mes actions Carrefour à Alexandre et pas à son frère, lui n’a pas le niveau de toute façon, c’est mon fils le plus ***** , c'est mon Arnaud Lagardère à moi. Il ne sait pas calculer un bilan comptable, ne sait pas lire un compte de résultat, encore moins un livre sans images, mais il a ** ***** . Donc je ne lui donne que la maison Berluti, il n'a pas plus de qualités qu'un vendeur de chaussures en cuir.

Mon Bernard, je sais que tu kiffes ta mère, que la vie est belle, que tu vas là où est le soleil. Mais tu vois bien qu'il y a un problème en ce moment, non ? Tu vois bien qu'en faisant disparaître à l'étranger l'argent de ton entreprise française, on ne peut plus te permette de vendre du « made in France » ou du « made in Paris ». Tu mens à 100% de tes acheteurs chinois. Et le Parti communiste chinois n'aime pas le mensonge. Comme 81% de tes milliards sont officiellement en Belgique, tu dois dire Louis Vuitton « made in Belgique » et non « made in France ». Comme Berluti ou Céline. En plus, tu fais tout fabriquer en Italie et non en France. Et ça aussi, tu le caches aux Français et aux Chinois. 

Comme la famille Pinault va gagner la guerre culturelle contre vous, les Arnault, vous devrez selon moi quitter le pays avant la fin de l’année 2020. Vous le savez, tu paies les meilleurs agents de la DCRI chez LVMH. Tu connais l’art de la surveillance mieux que personne, tu sais qu’il faut faire ses valises. Paris, c’est fini. En même temps, vous êtes allés trop loin, les gars. Beaucoup trop loin. Tout le monde est au courant. 

Dimanche dernier, je suis allé voir ma grand-mère dans un EHPAD un peu minable. Sa voisine de chambre avait 98 ans, et elle était en train de parler de toi à sa petite fille. C’était incroyable. Elle allait bientôt mourir, elle ne mangeait presque plus, c’était la fin, et pourtant elle avait encore l’énergie pour t’insulter. Est-ce que tu te rends compte de ce que je raconte ? Est-ce que tu vois le symbole ? Une ultra-mamie, épuisée par sa vie, presque centenaire, disait à sa petite fille en regardant la couverture du Parisien : « Lui, vraiment, c’est le diable. J’ai vu les fascistes tomber en 1944, et là, ma chérie, je tiens pour le voir tomber, après je partirai en paix. Je ne peux pas mourir, ma petite chérie, sachant que c’est lui qui vous commande ».

J’ai dit à ma grand-mère : « Tu as une voisine trop cool, tu sais ce qu’elle faisait ? ». Elle m’a répondu : « Oui, elle a aidé à libérer des camps de concentration, puis elle a fait de la couture, très jeune, et elle a monté sa propre maison de couture. Tu peux aller te présenter, vous allez vous aimer - elle perd la boule -, sauf si tu lui parles de LVMH et de Bernard Arnault ». 

C’est cette anecdote qui m’a convaincu de t’écrire chaque semaine jusqu'à ce que tu me reçoives dans un de tes châteaux. Je n’ai pas l’habitude de me décourager. Je suis endurante. Et j’ai mathématiquement plus de temps que toi. Si tu ne veux pas me voir, balance moi à Delphine ou à Alexandre, ça me va aussi, j’ai des messages de la plus haute importance à vous transmettre. Ça sera en plus l’occasion pour moi de vous offrir le premier t-shirt de baseball américain, où j’ai écrit en énorme ARNAULT, avec en dessous le numéro 1. Comme tu es la première fortune du monde, tu dois le montrer. Tu dois porter ce t-shirt dans tes jets privés.

Je te dis à la semaine prochaine, je prendrai le temps de vous écrire plus longuement. Je sais que tu vas mettre du temps à me répondre et encore plus de temps à me recevoir, mais ce moment arrivera. Cette confrontation sera filmée. Et on verra qui sera le ou la plus pertinente face aux enjeux du 21ème siècle. 

En attendant, embrasse bien fort pour moi Antoine, Alexandre, Fréderic et Delphine. 


À la semaine prochaine,

Ta Zoé.

Vous aimerez aussi

Le Média n'appartient ni à l'état, ni à des milliardaires, il est financé uniquement par des citoyens comme vous.

Il est en accès libre pour le plus grand nombre grâce à des citoyens qui cotisent tous les mois. Devenez Socio pour soutenir l'information indépendante !

Rejoignez les Socios

Afin de rester indépendant et en accès libre pour le plus grand nombre, et de continuer de vous proposer des enquêtes sur les magouilles de la Macronie et les arnaques des multinationales, des reportages de terrain au plus près de ceux qui luttent, des entretiens, débats et émissions comme on n'en voit plus à la télé, nous avons besoin de vous !