1

GILETS JAUNES : GRAND DÉBAT, STREET MEDICS, CAC 40, MACRON PRÉSIDENT DES ULTRA RICHES

L’Autre 20 Heures, c’est le rendez-vous d’info quotidien de Le MédiaTV. Editos, décryptages, chroniques et entretiens garantis 100% sans langue de bois.

Faites un don pour financer cette émission https://www.lemediatv.fr/faire-un-don
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les ! https://www.lemediatv.fr/devenez-socio

One comment on “GILETS JAUNES : GRAND DÉBAT, STREET MEDICS, CAC 40, MACRON PRÉSIDENT DES ULTRA RICHES

  1. Ainuage dit :

    Schiappa, l’orgueilleuse de la lande (un incident sur le grand débat).

    Au Sénat, Schiappa a été interpelée en réprobation (par une sénatrice LR mme Eustache) sur son projet d’animer le Grand Débat Giletjauno-macronien à partir de l’émission de divertissement d’Hanouna (se faisant, elle supplée un peu à mme Jouanno, virée par l’Elysée pour excès d’intégrité morale).

    Piquée au vif, la dame Schiappa, en pleine confusion, retourne l’argument en faisant observée que c’est cette sénatrice LR elle-même qui, au fond, mobilise Hanouna en évoquant cette question au Sénat (en passant, elle fait un usage inapproprié de l’expression « mise en abyme »).

    Ce genre de répartie, assez classique dans les états de débordement mental, résulte de l’addition de 2 stratégies de réponse qui se mêlent :

    – la première est liée aux réactions de panique : en panique, la stratégie de réponse relève plus du réflexe que de la réflexion. Au sénat, l’attaque inattendue d’une femme fait régresser l’attaquée Schiappa vers des réflexes d’écolière qui, n’ayant pas d’argument, se saisit de ce qu’on lui reproche et répond en quelque sorte «c’est celui qui dit qui y est». Ecolière.

    – la deuxième ne relève pas de la panique mais d’une stratégie consciente propre aux pervers narcissiques (d’ailleurs, cette technique a été récupérée par les écoles de coaching industriel pour gérer les salariés désignés comme « difficiles » par leur direction). Retourner les arguments de l’adversaire présente l’avantage d’être difficilement contestable (encore faut-il effectuer intelligemment ce retournement). Pour donner un exemple de ces retournements pervers, on peut prendre le cas du chef d’équipe à qui ses subordonnés reprochent de ne pas leur faire confiance et de leur interdire toute initiative ; chef qui leur répond alors « c’est vous qui ne me faites pas confiance puisque vous refusez d’obéir à mes ordres ». Pervers.

    Ecolière et perverse, voilà Schiappa !

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut