Le 09 février 2018 à 19h06

Election contestée au Honduras: ouverture possible de négociations sous l’égide de l’ONU

Honduras ONU
Réda Settar

Je suis journaliste depuis 10 ans dans la presse audiovisuelle, avec à mon actif une multitude de reportages de terrain sur des sujets très variés. Fin 2017, j’ai décidé de rejoindre Le Média, partageant le désir et le besoin des Socios-fondateurs de mettre en lumière des idées et des cultures insuffisamment représentées dans l’espace médiatique. Au sein de la rédaction, je traite de l’actualité généraliste en m’intéressant particulièrement à l’écologie, l’économie et les luttes progressistes. Je suis également un passionné des cultures premières et d’histoire des religions.

Le président du Honduras, Juan Orlando Hernandez s’est dit prêt à discuter avec l’opposition de la crise politique dans le pays, à l’issue d’une rencontre avec une mission de l’ONU. De son côté, l’opposition fait de même en acceptant une médiation des Nations Unies sous conditions. Pour le porte-parole de la coalition d’opposition, l’ancien président Manuel Zelaya, cette intervention est bienvenue si et seulement si le "Congrès lui donne un caractère contraignant et si ses résolutions ont force de loi, à la manière d’un traité international".

Un espoir de sortie de crise dans un pays déchiré par la réélection de Juan Orlando Hernandez. Investi le 27 janvier, JOH a été déclaré vainqueur par le Tribunal Suprême Electoral au terme d’une élection controversée le 26 novembre. Le dépouillement de bulletins donnaient le candidat de la large coalition de gauche, Salvador Nasralla, en avance de plusieurs points avant que plusieurs interruptions de comptage n’interviennent. A la fin du processus, l’ordre est inversé et M. Nasralla est largement distancé par JOH. Tous les recours légaux pour contester la validité du scrutin sont infructueux.

L’Alliance d’opposition à la dictature, nom de la coalition d’opposition de gauche, dénonce une fraude et refuse de reconnaitre la victoire de Juan Orlando Hernandez. Elle estime que Salvador Nasralla est le vainqueur légitime de l’élection. Des dizaines de milliers de personnes descendent dans les rues. Manifestations et blocages de route. Le pouvoir réprime violemment. Plus de trente Honduriens sont tués par les forces de l’ordre, plus de 800 personnes sont arrêtées.

Alors que Washington félicite le candidat ultralibéral pour sa victoire, les observateurs internationaux font part de soupçons accablants sur la validité du scrutin.

Pour en savoir plus sur la situation, Le Média vous recommande l’excellent article du Monde Diplomatique

Réda Settar

Je suis journaliste depuis 10 ans dans la presse audiovisuelle, avec à mon actif une multitude de reportages de terrain sur des sujets très variés. Fin 2017, j’ai décidé de rejoindre Le Média, partageant le désir et le besoin des Socios-fondateurs de mettre en lumière des idées et des cultures insuffisamment représentées dans l’espace médiatique. Au sein de la rédaction, je traite de l’actualité généraliste en m’intéressant particulièrement à l’écologie, l’économie et les luttes progressistes. Je suis également un passionné des cultures premières et d’histoire des religions.

Vos
commentaires

Aucun commentaire, connectez-vous et soyez le premier à réagir

Devenez Socio !

Pour accéder et interagir avec ce contenu vous devez être Socio. Pour ça rien de plus simple : il vous suffit de créer un compte et de choisir votre méthode d'abonnement.

Je suis déjà Socio
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir +
Chargement