Le 12 février 2018 à 16h00

Chine : la police utilise des lunettes de reconnaissance faciale

International chine sécurité
Marc De Boni

Journaliste de presse écrite depuis 10 ans, passé par plusieurs grands titres de la presse d'opinion de droite, je me suis spécialisé dans les sujets politique et société, en particulier les tabous, les cultures de marge et les radicalités politiques. J’ai rejoint le Média car je souhaitais repenser ma manière de travailler dans une configuration plus alignée avec mes engagements. À ce titre, le Média fait écho à des choses dont je rêve depuis l’école de journalisme. Au sein de sa rédaction, je travaille à l'écriture, au ton et au style du Journal. En dehors, je suis également le coauteur de la web-série Et tout le monde s’en fout, et je me passionne pour les catacombes de Paris, la permaculture, les projets de vie alternatifs, la psychologie sociale et les neurosciences.

On arrête pas le progrès, surtout quand il va dans le sens de l’installation d’une société orwellienne.

A l’occasion du nouvel de la période le Nouvel An lunaire, le 16 février, la police chinoise de la ville de Zhengzhou va utiliser pour la première fois officiellement des lunettes équipées de moyens de reconnaissance faciale. Un équivalent des Google Glass, mais spécifiquement réfléchi pour le maintien de l’ordre et la surveillance des populations. Selon les autorités, il s’agit seulement de surveiller les gares durant les festivités.

Le dispositif de surveillance par reconnaissance faciale marche déjà à merveille en Chine, via notamment le réseau de caméras de surveillance. Selon les essais réalisés il y a quelques mois par le journaliste de la BBC John Sudworth, en lien avec les autorités chinoises, il ne faut actuellement que 7 minutes pour repérer et interpeller un individu fiché dans la rue.

Véritable bijou de technologie, les lunettes embarquent une base de données qui contient les informations de plus de 10 000 personnes jugées "à risque". Grâce à cet outil, la police chinoise confie avoir arrêté 7 suspects concernés par des affaires majeures ainsi que 26 personnes utilisant de fausses identités pour voyager.

Une information à croiser avec l’annonce, il y a quelques semaines, de l’instauration d’un système de notation des citoyens chinois par l’Etat, qui verra le jour en 2020. Le projet vise à récompenser les bons comportements et à punir les mauvais via un système de points.

Pour aller plus loin, lire l'article de Presse citron
Pour aller plus loin sur la notation des citoyens, lire l'article du Figaro.

Crédit (cc) b cheng/flickr

Marc De Boni

Journaliste de presse écrite depuis 10 ans, passé par plusieurs grands titres de la presse d'opinion de droite, je me suis spécialisé dans les sujets politique et société, en particulier les tabous, les cultures de marge et les radicalités politiques. J’ai rejoint le Média car je souhaitais repenser ma manière de travailler dans une configuration plus alignée avec mes engagements. À ce titre, le Média fait écho à des choses dont je rêve depuis l’école de journalisme. Au sein de sa rédaction, je travaille à l'écriture, au ton et au style du Journal. En dehors, je suis également le coauteur de la web-série Et tout le monde s’en fout, et je me passionne pour les catacombes de Paris, la permaculture, les projets de vie alternatifs, la psychologie sociale et les neurosciences.

Vos
commentaires

Aucun commentaire, connectez-vous et soyez le premier à réagir

Devenez Socio !

Pour accéder et interagir avec ce contenu vous devez être Socio. Pour ça rien de plus simple : il vous suffit de créer un compte et de choisir votre méthode d'abonnement.

Je suis déjà Socio
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir +
Chargement